Habib Beye a salué le comportement d'André Villas-Boas après l'annonce de l'arrivée de Paul Aldridge au sein de l'organigramme marseillais.


Des finances un peu plombées après une saison catastrophique sur le plan sportif et la gestion d'un mercato qui laisse à désirer : ​l'Olympique de Marseille a décidé de prendre les devants en accueillant dans son organigramme Paul Aldridge. 


Ancien dirigeant de Leicester, Manchester City ou encore de Sheffield Wednesday, Paul Aldridge aura pour mission de faciliter les transferts de joueurs vers l'Angleterre afin d'alléger au maximum la masse salariale. 

Non concerté après cette initiative de l'état-major marseillais, André Villas-Boas a fait connaître sa position auprès de ses dirigeants, arguant "une décision qui va à l'encontre de ce qui a été fait depuis six mois."


Le mercato en ligne de mire


Malgré un mercato plutôt calme, l'entraîneur marseillais a réitéré son envie de conserver son groupe au complet avant de signaler une mise au point avec Jacques-Henri Eyraud. Une sortie médiatique qui a beaucoup plu à Habib Beye qui a souligné la force de caractère du Portugais. 


"Je pense que le problème est réglé, mais malgré tout, il a fait passer un message très fort. André Villas-Boas a rappelé qu'il était bien le patron de l'OM. Ils sont deuxièmes ​au classement et il ne veut pas que les choix de sa direction perturbent l'équilibre de son groupe. C'est une bonne chose pour lui de montrer qu'il est le patron du club même s'il est conscient de la hiérarchie. Il doit décider de ce qui se passe dans son effectif."


Une sortie médiatique que devrait apprécier le tacticien marseillais.