​La Juventus Turin reprend la tête de la Serie A en l'emportant à l'Olimpico (1-2). La Vieille Dame pensait avoir plié la rencontre dès la septième minute de jeu​ avec un but de Merih Demiral et de Cristiano Ronaldo. Pourtant, l'AS Roma va se rebiffer au retour des vestiaires. Diego Perotti réussit à transformer un penalty concédé par Alex Sandro. En fin de rencontre, Matthijs De Ligt sauve même son camp sur une nouvelle combinaison des ailiers romains. 


​La Juve prend deux points d'avance sur l'Inter Milan tandis que la Roma reste cinquième au contact avec l'Atalanta. 


Les notes des Bianconeri :

Wojciech Szczęsny - 6 : Il a maintenu son équipe à flots, comme souvent. Szczęsny a réalisé des parades décisives face à Kolarov et Dzeko sur sa ligne. Le portier polonais s'est fondu d'une présence aérienne très intéressante. 


Juan Cuadrado - 5 : Cuadrado a eu quelques fulgurances. Il fait des efforts pour apporter de l'intensité à ses courses et centres. Pourtant, l'international colombien n'a réussi à qu'à s'éparpiller et se perdre. Défensivement, le néo-latéral montre toujours des lacunes. 

Merih Demiral - 6 : Demiral a été l'auteur d'un début de rencontre tonitruant. Il marque un but salvateur puis se blesse. Le turc montre de très belles choses. Matthijs De Ligt (6) a pris sa place. C'est un roc défensif qui en remplace un autre. Le jeune néerlandais a marqué des points par des interventions de classe mondiale. Son retour sur Dzeko est incroyable en deuxième période. 


Leonardo Bonucci - 5 : En patron, il a plutôt bien géré les moments compliqués. Bonucci a contenu les assauts aériens de l'équipe adverse. Par moment, nous le sentions paniqué par rapport à la puissance de l'attaquant bosnien. Le manque de réalisme de Lorenzo Pellegrini sauve sa rencontre garnie de situations litigieuses.


Alex Sandro - 5 : Sandro a été l'auteur d'une bévue très préjudiciable pour son équipe. Le latéral brésilien a coûté un penalty mais a prouvé sa bonne volonté par la suite. Il a provoqué l'adversaire pour créer des décalages. Son association avec Ronaldo a bien fonctionné encore une fois. 


Miralem Pjanic - 5 : Une présence bien moins assumée ce soir. Pjanic a commis une faute grossière pratiquement d'entrée de jeu. Son impact physique en a été amoindri bien entendu. Sa vision de jeu a permis au bloc de ressortir le ballon plus facilement. 


Adrien Rabiot - 5 : Rabiot fait encore des erreurs d'appréciation et de placement. Malheureusement, elles noircissent une copie belle sur le papier : une implication défensive énorme et des passes réussies dans les trente derniers mètres. Son utilité dans le jeu reste correcte, sans transcendance. 


Blaise Matuidi - 4 : Toujours difficile de trouver des points très positifs à la copie de Matuidi. Il a un positionnement étonnant haut sur le terrain lorsque l'équipe a la possession et maintient un pressing intense. Or, ce dernier ne permet pas de tout compenser. Ce que propose l'international français reste faible techniquement comparé au reste de cette formation. Beaucoup de fautes ont été sanctionnées en sa faveur. 


Aaron Ramsey - 6 : En meneur de jeu reculé, Ramsey propose de plus en plus de gestes. Il se montre et participe à la construction avec beaucoup de sérieux. Le gallois crée des espaces par son intelligence tactique. Il ne manque plus qu'un mouvement décisif pour le mettre encore plus en confiance. Danilo (5) l'a suppléé pour renforcer la défense et un entre-jeu en manque de puissance physique. Il a comblé les trous comme il pouvait. 


Paulo Dybala - 7 : C'est décidément l'homme fort de cette Juve. Il porte ce front offensif à bout de bras avec sa qualité d'élimination et d'orientation si particulière. Personne ne fait mieux dans ce domaine dans cette écurie turinoise avec autant de régularité. Ce soir, Dybala obtient le penalty et tire le coup-franc décisif pour Demiral. Agacé par a sortie, la Joya laisse tout de même sa place à Gonzalo Higuain (6) très actif mais en manque de réussite sur ses situations. 

​Cristiano Ronaldo- 6 : Un but sur penalty qui permet à son équipe de faire le break. Cela récompense sa grande activité sur son aile ainsi que dans la surface. Il a manqué quelques occasions franches. Son apport reste évident aux yeux de tous. 


La Juve est championne d'hiver et relègue l'Inter à deux longueurs. Une très belle opération surtout que le dernier succès de la Vieille Dame sur la pelouse de l'AS Roma remonte à 2014...