​Les années 2010 sont terminées, place désormais à 2020 qui entrera en scène dans quelques jours. L'occasion de faire le bilan des tops mais également des flops qui auront marqué cette décennie. Notamment du côté d'Arsenal dont voici le onze des flops de ces dix dernières années. 


Łukasz Fabiański

Anwar El Ghazi,Lukasz Fabianski

Après avoir fait ses classes en Pologne, Arsène Wenger est le premier entraîneur à lui donner sa chance dans un top championnat européen. En 2007, un rêve se réalise pour lui. Seulement, voilà, barré par Almunia ou encore Sczesny, Fabianski ne deviendra jamais titulaire plus longtemps que les blessures de ses coéquipiers. Sans compter ses grosses blessures qui l'ont tenu éloigner des terrains plusieurs mois. De plus, lorsqu'il était aligné, ce dernier était loin de rassurer sa défense. En 2014 (l'année où il est le gardien qui réalise le moins d'arrêts sur l'exercice), le Polonais quitte Arsenal, avec seulement 78 matchs en 7 saisons à Londres. 


Johan Djourou 

Clint Dempsey,Johan Djourou

Les fans des Gunners se souviennent de l'international suisse. Et ce dernier était certainement leur pire cauchemar. Pourtant, il a été défenseur du club de 2003 à 2014. Une longévité qui interroge, tant il a causé du tort à Arsenal avec ses nombreuses erreurs. Il était titulaire lors de l'une des pires débâcle de l'histoire d'Arsenal face à Manchester United (8-2). Un indice pour vous dire à quel point Djourou aura marqué le club mais dans le mauvais sens du terme. 


Philippe Senderos 

Arsenal Manager Arsene Wenger (R) talks

Après une saison remarquable en 2006 où il a été l'un des principaux artisans du parcours jusqu'en finale d'Arsenal, Senderos a sombré dans les abysses. Avec de nombreuses blessures, il n'a jamais su reprendre le niveau qui était le sien. D'une lenteur déconcertante, lui aussi n'a jamais été épargné par les critiques. La cerise sur le gâteau arrive en 2009 lorsqu'il commet une grossière erreur face à Liverpool en quart de finale de la Ligue des Champions. Une boulette qui précipite son départ à l'AC Milan. 


Mathieu Debuchy

Mathieu Debuchy

Mathieu Debuchy arrive à Arsenal en 2014. Malheureusement, son aventure s'est résumé à de nombreux matchs sur le banc où des titularisations en Europa League lorsque Arsène Wenger effectuait un turnover. Ce dernier n'a jamais su s'imposer face à la concurrence que lui proposait Hector Bellerin. En 2018, l'ancien bordelais fait le forcing pour quitter le club et rejoint l'AS Saint Etienne où il retrouvera peu à peu son niveau qui était le sien avant de signer en faveur des canonniers.


André Santos

Andre Santos

Lorsqu'il signe à Arsenal, les fans et Arsène Wenger sont ravis. Tout le monde pense tenir un latéral gauche de haut-niveau. En même temps ses statistiques parlaient en sa faveur. Au Fenerbahçe, il a réussi à inscrire 17 buts en 74 matchs. Cependant, le club va vite déchanter. Il dispute seulement 33 rencontres en deux saisons à Arsenal. Il finit par retourner au Brésil dans l'indifférence la plus totale avec l'étiquette de flop qui a fini par le poursuivre toute sa carrière. 


Granit Xhaka

Granit Xhaka

C'est le flop le plus actuel des Gunners. S'il est encore présent pour se rattraper, son aventure à Arsenal est loin d'être un conte de fée. Arrivé avec une bonne réputation en Bundesliga, Arsenal a misé beaucoup d'espoir en lui. Très utilisé, il n'est jamais parvenu à enchaîner les bonnes performances. Souvent pris à parti par le public lors de ses sorties, ce dernier à craqué en balançant son brassard et en insultant le public de l'Emirates. Sur le départ, malgré la volonté d'Arteta de le conserver, l'aventure du Suisse à Londres est pour le moment un flop retentissant. 


Kim Källström 

FBL-ENG-FACUP-WIGAN-ARSENAL

Une demi-saison et puis s'en va, Kim Källström n'aura pas fait long feu à Arsenal. Recruté lors de l'hiver 2014 à Arsenal pour palier à des blessures, il ne s'imposera jamais malgré le "no man's land" au milieu de terrain. Avec quatre titularisations qui sont loin de l'avoir mis en valeur, il quitte Arsenal pour rejoindre Grasshopper. 


Denilson 

David Jones,Denilson

Après s'être révélé à Sao Paulo, Denilson était présenté avec l'étiquette de futur crack en 2006 lors de son arrivée à Arsenal. Au Brésil, beaucoup d'espoirs étaient fondés sur lui. Au final, rien de plus que du bruit. Son irrégularité, ses nombreuses blessures, ne lui ont jamais permis de s'imposer au milieu de la forte concurrence. Denilson est donc resté au rang d’éternel espoir avant de retrouver Sao Paulo en 2006. Il a donc inscrit son nom dans la liste des Brésiliens qui n'ont pas su exploser en Europe malgré un talent notable. 


Danny Welbeck

Danny Welbeck

Malgré la belle relation qu'il a créée avec les supporters d'Arsenal, l'ex-mancunien n'a jamais satisfait pleinement lors de son passage à Londres. Les blessures d'abord ont été un frein à sa progression, ce qui ne lui a jamais permis d'endosser le rôle d'un véritable titulaire. Il s'est également distingué comme très maladroit devant le but et balle au pied. En cinq ans, Welbeck a passé la barre des 126 matchs et 32 réalisations mais on retiendra que celles-ci n'ont pas toujours été importantes. 


Yaya Sanogo

FBL-EUR-C1-ARSENAL-DORTMUND

Arrivé en provenance d'Auxerre, on s'attendait à voir le nouveau Adebayor débarqué dans la capitale anglaise, mais rien de tout cela s'est produit. Son manque de technique et de sang-froid ont été tout de suite remarqué chez les supporters. Pour couronner le tout, il n'a pas été épargné par les blessures. Résultat des courses en 4 saisons passées chez les Gunners (2013-2017), Sanogo a été prêté à trois reprises pour seulement 20 matchs avec Arsenal et une petite réalisation. 


Nicklas Bendtner

Nicklas Bendtner,David Marshall

La grande gueule de Zlatan Ibrahimovic, la taille de ce dernier, mais le talent en moins. A l'évocation de ce nom, nombreux sont les supporters d'Arsenal qui auront des souvenirs drôles ou pas. Souvent moqué pour ses nombreux manqués loufoques et son manque d'élégance balle au pied, Bendtner aura été un boulet en attaque. Malgré tout, le Danois aura passé près de 9 ans dans le club londonien. Oui, Arsène Wenger s'attachait beaucoup à ses joueurs, même les moins talentueux.