Voilà qui devrait faire parler, dans le débriefing du match OM - OL de dimanche dernier (2-1), la Direction technique de l'arbitrage (DTA) a révélé que le but marqué par Dimitri Payet sur penalty aurait dû être annulé.


Dimanche soir, dans un Vélodrome en fusion, ​Dimitri Payet a ouvert les hostilités sur penalty suite à un contrôle de la main du ​Lyonnais Thiago Mendes. Or, la décision d'accorder le penalty par Anthony Gauthier, arbitre du match, aurait dû être annulé par la VAR à cause d'une main offensive d'un joueur de ​l'OM quelques secondes plus tôt.


Le 1er juin dernier, les lois du jeu érigées par l'IFAB (International Football Association Board) ont été quelque peu modifiées. Une d'entre elles concerne les mains dans la surface. Désormais, toute main d'un attaquant en situation offensive amenant à un but doit être sanctionnée. Le caractère volontaire ou involontaire ne rentrant plus en ligne de compte. Voici le texte exact de la loi 12 concernant les "fautes et incorrections". 


"Il y a faute si un joueur (...) récupère la possession ou le contrôle du ballon après avoir touché le ballon du bras ou de la main et ensuite marque un but (ou) crée une occasion de but". Il est également précisé: "Ces fautes sont sanctionnables même si le ballon touche le bras ou la main du joueur directement depuis la tête, le tronc ou la jambe d'un autre joueur à proximité". 

​​

Or, Morgan Sanson s'était bien rendu coupable d'une main, totalement involontaire, mais d'une main tout de même quelques moments plus tôt sur la même action. La VAR aurait donc bel et bien dû annuler le penalty en question. C'est Pascal Garibian, le patron de l'arbitrage en France qui l'a lui-même reconnu. 


Le ballon tombe sur la main de Sanson. Et les lois du jeu considères, que c'est une main en phase offensive d'un attaquant, qui doit être sanctionnée et le penalty aurait dû être annulé


​Ceci devrait donc déclencher une nouvelle polémique et il est certain qu'une déclaration de Jean-Michel Aulas se fera entendre dans les heures à venir.