​L'Olympique de Marseille remporte le choc face à l'Olympique Lyonnais (2-1). La première mi-temps est largement en faveur des Marseillais. Dimitri Payet concrétise cette domination d'un doublé plein de réalisme. 

Ce sera bien plus ardu en seconde. A l'heure de jeu, Moussa Dembélé profite d'une erreur d'appréciation d'Alvaro pour tromper Steve Mandanda. L'arbitre de cette rencontre expulse même le défenseur espagnol pour un second jaune. Malgré tout, l'OM tient et remporte cette rencontre dans un Vélodrome en feu. Les hommes d'André Villas-Boas pointent désormais à la deuxième place du classement.


Les tops 

Payet, le retour en grâce


C'était le ​Dimitri Payet des grands soirs. Il a marqué le premier acte de son empreinte avec un doublé plein de malice. L'ancien joueur de West Ham transforme le penalty concédé par Thiago Mendes. Malgré un long arrêt de jeu, l'attaquant français ne tremble pas et envoie la balle en pleine lucane. 

C'est ensuite un enchaînement de classe avec une feinte de frappe et une frappe limpide croisée. Son volume de jeu impressionne avec des prises de balles intelligentes et une qualité de passes rayonnante. 

Un entre-jeu marseillais 


La guerre du milieu a clairement tourné court. Pendant 60 minutes, Marseille a contrôlé l'entre-jeu. Valentin Rongier et Morgan Sanson ont été des grands artisans de ce succès. Leurs contrôles sont précis, leurs courses nombreuses et ils n'ont perdu que très peu de ballons. Les deux français ont pris leur responsabilité. Dans les petits espaces, l'équipe réussit facilement à combiner dans l'axe ou sur les ailes. 

Ensuite, Boubacar Kamara a poursuivi dans la lancée de sa partition contre Lille. Il comble les espaces libres et fait jouer son physique pour s'imposer. Même en défenseur, il assure. C'est un joueur d'avenir à ce poste de sentinelle, c'est certain. 

L'entrée de Cherki 


L'OL n'existait que par intermittence devant jusqu'ici. Houssem Aouar se blesse sur une percée dans les seize mètres adverses. Rayan Cherki le remplace. La rencontre change de dimension. Du haut de ses 16 ans, le milieu français réussit une entrée parfaite. Il propose de la percussion, des dribbles perçants et même des centres travaillés. 

Dommage pour lui, la formation rhodanienne ne trouve pas le moyen d'exploiter plus régulièrement sa vitesse. La jeunesse prend le pouvoir et elle peut bousculer très facilement l'ordre établi. 

Les flops 

Alvaro, doublement fautif 


Le retour du défenseur du Vilarreal était attendu comme un messie. Contre Lille, il a largement contribué à la victoire (2-1). Ce soir, c'est lui qui relance l'OL. Il laisse passer un centre profond de Léo Dubois pour des raisons encore obscures. Il croit certainement que Steve Mandanda lui parle. 

Ensuite, sa deuxième faute grossière pousse l'arbitre à l'expulser. Sa première erreur au bout de 30 secondes reste évitable. L'équipe sera bien plus fragilisée après sa sortie prématurée. Heureusement, la formation phocéenne s'est bien réorganisée. Il doit se reprendre pour progresser. 

Thiago Mendes encore à côté de ses pompes


Que dire de l'erreur du milieu brésilien ? Après 13 minutes de jeu, c'est une faute professionnelle de rater un contrôle anodin dans sa propre surface. Il permet à Marseille de prendre le large alors que l'écurie marseillaise ne semblait pas très dangereuse. C'est difficile à comprendre. 

Mendes ne propose aucun supplément d'âme ou de qualité technique à ce milieu. Le Brésilien se positionne à un poste de milieu défensif. Jamais, il ne réussit à s'imposer au duel face à Rongier ou Sanson. Sa présence ne s'est fait savoir que par une frappe contrée. 


​L'OM s'empare, seule, de la deuxième place. Première victoire contre ​Lyon depuis 6 ans, André Villas-Boas remporte son pari. Lyon repart dans la crise. 

​​