​Liverpool n'a fait qu'une bouchée de Manchester City à Anfield (3-1). Après un début de match canon ponctué par un but de Fabinho et Mohamed Salah, les Reds ont tranquillement géré la rencontre. Au retour des vestiaires, les hommes de Jürgen Klopp insistent et l'ailier sénégalais poursuit dans sa lancée avec un nouveau but. 

En fin de rencontre, Bernardo Silva réduit le score et sauve un honneur bien éméché. Le leader prend 9 points d'avance sur son adversaire du soir. 


Les tops 

L'incorrigible Mané 


C'est encore le même joueur qui porte les Reds. Sadio Mané maintient sa forme exceptionnelle face à l'ogre citizen. Le candidat au Ballon d'Or est toujours ultra actif sur son aile. Il se place  parfaitement dans la surface pour reprendre les centres millimétrés de ses latéraux.

C'est un monstre de puissance et surtout de réalisme. Il assume son statut de leader dans cette formation et se montre sous son plus beau jour. 

Un collectif made in Klopp


Le plus impressionnant dans cette victoire, c'est les phases de jeu. Liverpool est passé pour toutes les émotions. Le club a subi, puis largement dominé, ensuite reculé et enfin attendu le coup de sifflet final. Dans tous les cas, elle était maîtresse de son sujet. Les latéraux savent aussi bien monter et délivrer des caviars (Robertson) que défendre. Les milieux peuvent défendre et attaquer (Fabinho). 

La force collective permet à chaque joueur de pouvoir marquer. Ce soir, c'est Fabinho qui le fait. Il y a quelques semaines, c'était Jordan Henderson. Le danger vient de partout et tous se battent pour le cultiver. 

Sterling seul


Nous voulions rendre hommage à la prestation de Raheem Sterling. Il a tenté tout seul de faire des différences en un contre un. Le Three Lions a eu une réussite relative mais qui a le mérite d'exister. Contrairement à Sergio Aguero maladroit, l'ancien pensionnaire d'Anfield s'est autorisé à un dézonage plutôt pertinent. 

Il a su créer quelques décalages trop peu exploités malheureusement pour lui. Avec un meilleur accompagnement, Sterling aurait eu la finition nécessaire pour ramener un point du Nord de l'Angleterre. 

Les flops 

Un milieu mancunien dépassé


C'est la panique dans l'entre-jeu. Ilkay Gundogan semble le joueur le plus en difficulté dans cette équipe. L'international Allemand demeure fautif sur deux des trois buts. Son manque de vigueur dans ses interventions permet à Robertson de le passer très facilement. Ensuite, Kevin De Bruyne a été totalement transparent. Habituellement en vue, le Belge ne s'est limité qu'à des transmissions simples et trop peu souvent vers l'avant.

Pour Rodri, c'est plus embêtant puisqu'il n'a pas récupéré de ballons. Sa puissance physique ne sert à rien dans ce type de sommet. Il a subi la maladresse de ses coéquipiers. 

Guardiola, des choix non payants


Pep a tenté des coups. Il a continué avec Fernandinho dans l'axe de la défense. Vous imaginez bien que le résultat n'est pas en sa faveur. Le Brésilien est perdu dans la surface et ne marque pas suffisamment bien son attaquant. Plusieurs fois, il raté des interventions aisées pour un défenseur, un peu moins pour un milieu de métier. 

Bernardo Silva a été positionné sur une aile plutôt que dans le milieu à trois. Au final, Gundogan n'a touché aucun ballon intéressant et le Portugais n'a fait que très peu de différences. Seul, son talent lui permet de marquer en fin de match. Son positionnement adapté reste dans l'axe. Au final, l'entraîneur espagnol ne procède qu'à un seul changement malgré son banc considérable (Ryad Mahrez par exemple). Étonnant. 

Liverpool prend le large sur City. Désormais, les cartes sont entre les mains des Champions d'Europe. A eux de conserver cette avance le plus longtemps possible. Les Mancuniens reçoivent Chelsea la semaine prochaine... Attention de ne pas récidiver dans la médiocrité

​​