​L'Olympique Lyonnais a concédé sa première défaite de la saison en Ligue des Champions face à une valeureuse équipe benfiquiste, bien aidée par une énorme boulette d'Anthony Lopes. Les Lyonnais plongent un peu plus dans la crise.


​Pour la première européenne de Rudi Garcia sur le banc lyonnais, les coéquipiers de Memphis Depay ont livré une prestation en demi-teinte malgré un regain de forme en seconde période. Revenus avec de meilleures intentions au retour des vestiaires,​ les Lyonnais se sont sabordés en toute fin de rencontre sur une erreur de relance d'Anthony Lopes. 


Un pari tactique osé de Rudi Garcia 


Déjà mis aux oubliettes, le 4-4-3 aura duré seulement quatre-vingt dix petites minutes face à Dijon. Mécontent de la prestation de ses joueurs malgré plusieurs occasions en seconde période, Rudi Garcia avait annoncé la couleur en conférence de presse en prônant un jeu plus offensif. 


Déterminé à aligner une équipe compétitive, l'ancien entraîneur marseillais s'est laissé convaincre par un 4-4-2 résolument porté vers l'avant avec pas moins de cinq joueurs à vocation offensive, délaissant au passage le milieu de terrain, sacrifié par l'apport d'un ailier supplémentaire. 

Si le choix tactique peut paraître audacieux sur le papier, Rudi Garcia souhaitait avant tout apporter un souffle nouveau à une équipe en panne d'inspiration sur le plan offensif. Sur une disette de quatre matches sur ses six dernières sorties, les Lyonnais ont été finalement cueillis à froid après un but de Rafa Silva (4e), bien aidé par le placement axial de Youssouf Koné. 

Dépassés dans tous les compartiments du jeu en première période, les coéquipiers de Marcelo ont affiché un tout autre visage au retour des vestiaires. Loin d'être satisfait, Rudi Garcia se résoudra finalement à remplacer Martin Terrier avant l'heure de jeu pour faire entrer un milieu de terrain supplémentaire avec Thiago Mendes. 


Memphis Depay, le retour qui fait du bien


Blessé avec les Pays-Bas face à la Biélorussie,​ Memphis Depay était également forfait face à Dijon en championnat. Remis d'une blessure à la cuisse, tout comme son coéquipier Léo Dubois, l'international hollandais aura livré une prestation encourageante ponctuée d'une réalisation bien suivie au second poteau (70e) qui amènera l'égalisation. 

Appliqué offensivement, l'ancien joueur de Manchester United s'est notamment démené au milieu de terrain, multipliant les efforts défensifs pour compenser un Lucas Tousart abandonné par ses coéquipiers. De bon augure pour la suite des échéances. 


L'entrée énigmatique de Bertrand Traoré 


Sifflé lors de son entrée face à Dijon, Bertrand Traoré a réédité une performance totalement quelconque en remplaçant le remuant Maxwel Cornet. Nonchalant dans ses prises de balles, le Burkinabé a fait preuve d’absentéisme au moment d'aller au duel. 

Auteur notamment d'une faute grossière, l'ancien joueur de l'Ajax d'Amsterdam reste méconnaissable depuis le début de l'exercice (0 but à son actif). Une dernière tentative vaine qui pourrait cantonner le joueur au banc de touche. 


Anthony Lopes plombe les espoirs lyonnais


Habitué à jouer les héros, Anthony Lopes aura connu son premier trou d'air sur la pelouse du Stade de Luz. Pourtant, le match semblait bien en mains après un second acte maîtrisé face à des Benfiquistes épuisés. Adepte des relances rapides, Anthony Lopes n'a pas dérogé à la règle en voulant servir un coéquipier dans l'axe. C'était sans compter sur la bonne lecture du jeu de Pizzi, qui est venu expédier en première intention une merveille de frappe aux quarante mètres. 

Consolé à la fin de la rencontre par ses coéquipiers,​ le gardien portugais vient probablement de tirer une nouvelle balle dans le pied à son équipe, en proie à des doutes depuis plusieurs semaines. De quoi entretenir encore un peu plus un climat délétère qui pèse sur l'institution lyonnaise.