L'histoire d'amour entre ​Hatem Ben Arfa et le ​ParIs-Saint-Germain aura été de courte durée. L'espace de 32 rencontres pour seulement 4 buts inscrits. Après une saison stratosphérique avec l'OGC Nice, l'ancien joueur de l'Olympique Lyonnais débarquait dans la capitale avec confiance et souhaitait enfin démontrer l'étendue de son talent. L'expérience fut douloureuse, désastreuse.


Sa collaboration avec le ​PSG s'est terminée dans le fracas et une ambiance délétère. Un climat désastreux constaté une nouvelle fois à l'occasion de l'audience des prud'hommes opposant le joueur à son ancien employeur. À cette occasion, des détails ont été révélé sur le contrat juteux du natif de Clamart sous les couleurs parisiennes.


500k€ par mois 

Son contrat contenait diverses variables avec un salaire mensuel brut de 500 000 euros par mois comprenant une rémunération forfaitaire de 425 000 euros et une prime d'éthique de 75 000 euros. Une prime refusée au joueur en décembre 2017, pour manquement à ses obligations.


L'international français percevait également des primes individuelles pouvant atteindre jusqu'à 2,12 M€ chaque semestre s'il jouait au moins 60 % des matches du ​PSGtitularisations et entrées en jeu comprises. Une prime qu'il n'a perçu qu'une seule fois, lors de son premier semestre au PSG.


Dans son conflit avec le Paris-Saint-Germain, Ben Arfa réclame les 6,36 M€ restants en dommages et intérêts. De plus, il souhaite recevoir la prime collective annuelle, qu'il n'a pas touchée lors de sa deuxième saison au club. 


Une fois ce procès terminé, espérons que Ben Arfa pourra rechausser les crampons et faire ce qu'il fait de mieux, humilier les défenses adverses.