​Actuellement sans club, l'ancien sélectionneur des bleus serait sur la cible principale de Jean-Michel Aulas afin de relancer le club rhodanien. Un choix intéressant pour trois raisons.


Laurent Blanc connait bien la ligue 1 

En plus d'avoir été joueur à Bordeaux et Marseille, Laurent Blanc a entraîné les Girondins et ​le PSG pendant de nombreuses années en ​Ligue 1. Champion de France avec ses deux équipes, l'ancien défenseur de l'Équipe de France a obtenu de très bons résultats à l'aide d'un style de jeu offensif et plaisant. La méthode Laurent Blanc a prouvé qu'elle marchait au plus haut niveau de la Ligue 1.  

La méthode de jeu qu'il prône serait idéal pour Lyon 

Lorsque vous regardez l'effectif et la manière dont jouent les joueurs lyonnais depuis quelques saisons, il est évident qu'un football de possession serait idéal. Que ce soit avec ​Bordeaux et encore plus avec le PSG, "le Président"  a toujours choisi un jeu basé sur la bonne tenue du ballon et l'efficacité de sa ligne offensive. 


Selon Laurent Blanc, quand on a le ballon, on est pas en danger. Une méthode de jeu qui colle avec le défenseur propre qu'il était dans la relance. Au sein de ce système, certains joueurs comme Houssem Aouar ou Memphis Depay s'épanouiraient. Une vision de jeu qui plait également à Jean-Michel Aulas. 

Un entraineur "Aulas-compatible"

Peu sont les entraîneurs qui sont validés par le président lyonnais. ​Laurent Blanc en fait partie. Il avait été contacté déjà il y a trois ans avant que Jean Michel Aulas n'opte pour l'option Bruno Genesio. Laurent Blanc, entraîneur français, qui a fait les beaux jours de la Ligue 1 et qui a relancé l'Equipe de France, dispose d'un profil que le président historique des Gones apprécie fortement. 


Parmi les potentiels successeurs de Sylvinho, Laurent Blanc serait l'option numéro 1 de la direction lyonnaise devant un certain Rémi Garde. Reste à savoir si l'ancien entraîneur parisien sera capable de relancer le groupe lyonnais à l'image de ce qu'il avait fait avec l'Equipe de France (toute proportion gardée bien sur) après la débâcle de Knysna. En ce qui me concerne, je n'ai pas vraiment de doute là-dessus.