​Le Paris Saint-Germain s'est facilement imposé face au Real Madrid au Parc des Princes (3-0) dans le cadre de la première journée de la phase de poules de la Ligue des Champions.


Après un début de saison compliqué en championnat, les Parisiens, qui devaient faire face aux absences notables de​ Neymar (suspendu), de ​Kylian Mbappé (phase de reprise) et d'Edinson Cavani (blessé), ont livré une véritable bataille face à des Madrilènes asphyxiés au milieu de terrain. 


Un Di Maria des très grands soirs 


Aligné logiquement au coup d'envoi de la rencontre, ​Angel Di Maria a été à l'image de sa deuxième partie de saison l'année dernière à savoir, explosif et efficace. Buteur après dix-huit minutes de jeu sur un mouvement collectif initiés par Mauro Icardi puis Juan Bernat (passeur), l'international argentin s'est également montré à la conclusion d'un enchaînement de toute beauté sur le but du break. 

A la récupération d'un une-deux, l'ancien madrilène est venu mystifier Thibaut Courtois d'une frappe limpide aux 20 mètres pour donner un avantage conséquent avant la pause (33e). Moins lucide en seconde période, Angel Di Maria aurait pu trouver le chemin des filets pour la troisième fois de la soirée. C'était sans compter sur un léger manque de précision au moment de conclure son face à face d'une balle piquée. 


Idrissa Gueye : le chaînon manquant


Recruté cet été en provenance d'Everton pour la modique somme de trente millions d'euros, Idrissa Gueye est à coup sûr la révélation de ce mercato parisien. Étincelant au milieu de terrain, Gana a livré une prestation étincelante aux côtés de Marco Verratti au point de mettre à mal l'intégralité du milieu de terrain madrilène. 

Auteur d'un abattage défensif constant, Idrissa Gueye s'est également illustré dans un registre de percussion en apportant de la vitesse dans chacune de ses accélérations. Considéré par de nombreux observateurs comme le maillon manquant depuis le départ de Blaise Matuidi à la Juventus de Turin, Idrissa Gueye aura marqué les esprits en France et sur ​la scène européenne. 


La relation milieu-attaque parisienne bien ficelée


A la différence du Real Madrid, les hommes de Thomas Tuchel ont parfaitement coordonné leurs offensives en multipliant les dédoublements sur les côtés. Avec un bloc haut et un pressing de tous les instants, les coéquipiers de Marco Verratti ont annihilé le plan de jeu de Zinédine Zidane. 

Les nombreuses combinaisons et la mobilité constante des milieux de terrain parisiens auront mis à mal l'organisation du jeu madrilène, contrainte de s'adapter en permanence aux permutations des joueurs parisiens. Une sacré leçon tactique de Thomas Tuchel qui aura remporté la première bataille à distance face à Zinédine Zidane.  


Un Real Madrid désordonné 


Malgré quelques offensives individuelles, les Madrilènes se sont heurtés à un collectif bien huilé. Incapables de produire du jeu, les coéquipiers de Karim Benzema s'en sont remis à des frappes excentrées, le plus souvent en dehors de la surface de réparation. 

Peu inquiété au cours de la rencontre malgré deux buts refusés par le VAR, Keylor Navas n'aura pas concédé le moindre tir cadré. Une première pour ​le Real Madrid depuis le nouveau format de la Ligue des Champions. 


Le PSG envoie un premier message à l'Europe


Le club parisien a parfaitement négocié son entrée pour cette nouvelle saison en Ligue des Champions. Habitués au démarrage canon en phase de poules, les Parisiens auront livré un véritable récital face à l'équipe supposée la plus forte de ce groupe. 


Avec cette victoire, ​le PSG prouve une nouvelle fois au reste du contingent européen sa capacité à être un candidat sérieux à la victoire finale. Et si la prudence reste de mise, le club de la capitale aura réussi une nouvelle fois une prestation magique au Parc des Princes.