Ils sont fraîchement nommés à la tête de leur équipe ou bien en poste depuis quelques temps déjà. Ils sont adeptes du 4-3-3, du 4-4-2, du 4-2-3-1, du 4-1-3-2 ou du 5-3-2. Ils sont Français ou étrangers. En dépit de leurs différences, ces entraîneurs ont un point commun : ils pointeront à Pole-Emploi avant la fin de l'année.


Errances tactiques, tensions avec leur direction, mercato raté... les causes sont diverses et variées, mais le constat est le même. Tous ces managers ne seront plus en poste à Noël. Tour d'horizon de ceux qui ont de grandes chances de ne pas finir la saison sur le banc.


Thomas Tuchel - PSG

FBL-FRA-LIGUE1-PSG-STRASBOURG

Arrivé pour remplacer "l'échec" Unai Emery, Thomas Tüchel a vécu une première saison compliquée sur le banc parisien. Après un début de saison en fanfare (14 victoires de rang en championnat, record historique en Europe), le technicien allemand a ensuite volé de déception en déception. 


Outre la défaite en finale de la Coupe de France contre Rennes et la fin de saison en roue libre (4 défaites sur les 8 dernières journées de championnat), le ​PSG s'est surtout illustré par la remontada bis subie en Ligue des Champions après le non-match contre Manchester United. Au final, l'ancien coach de Dortmund a fait pire que son prédécesseur espagnol, en ne remportant "que" le championnat de France.


Une contre-performance que la direction qatarie ne permettra pas une nouvelle fois : en cas d'élimination précoce en C1, la légitimité de Tüchel pourrait bien être mise en cause. Alors certes, le technicien passera peut-être l'hiver, mais pas forcément le printemps.


Zinedine Zidane - Real Madrid

Zinedine Zidane

C'est le média britannique The Independant qui a révélé l'information : Zinedine Zidane pourrait démissionner du ​Real Madrid, huit mois après son arrivée. D'après le quotidien, le coach des Merengue serait remonté contre son président, qu'il accuse d'avoir sabordé le mercato. 


En effet, l'ex-numéro 10 des Bleus reprocherait à Florentino Pérez de ne pas avoir fait son maximum pour recruter Paul Pogba, l'une de ses priorités, mais également pour se débarrasser des indésirables Gareth Bale et James Rodriguez.


El Pais rappelle de son côté que lors de son retour à Santiago Bernabeu, Zidane aurait eu l'accord de l'état-major madrilène pour gérer seul le domaine sportif du club, conscient que l'effectif avait grandement besoin d'être amélioré. Maintenant que le mercato est terminé, il ne reste plus qu'à attendre pour vérifier si cette information était fondée ou non.


Miguel Cardoso- Libre

FBL-ESP-LIGA-CELTA-SEVILLA

Trois clubs en un an, c'est l'incroyable exploit réussi par Miguel Cardoso : nommé entraineur du FC Nantes en Juin 2018, il a été licencié en Octobre de la même année. Arrivé au Celta Vigo en Novembre, il a été demis de ses fonctions en Mars 2019. Son expérience à l'AEK Athènes n'aura duré que quatre mois, de Mai à Août 2019.


Quelque soit le prochain -courageux- club qui l'accueillera, on peut d'ores et déjà prédire que le Portugais n'y fera pas de vieux os.


Ole Gunnar Solskjaer - Manchester United

Ole Gunnar Solskjaer

Appelé pour remplacer José Mourinho en décembre dernier, Ole Gunnar Solskjaer a immédiatement conquis Manchester : des résultats probants, une mentalité offensive ainsi que des compétences humaines fortes. Autant de points qui lui ont forgé une image d'entraineur idéal auprès des fans d'United, celui qui six ans après le départ de Sir Alex Ferguson, pourrait enfin apporter un peu de stabilité au club.


Pourtant, le soufflé est vite retombé. Après une fin de saison difficile (5 matchs sans victoire en championnat dont un 4-0 subi contre Everton), les Mancuniens semblent réattaquer l'exercice 2019-2020 sur les mêmes bases. Au bout de quatre journées, les ​Reds Devils ne comptent qu'une seule victoire au compteur et pointent à la 8ème place.


Bref, un exemple de plus que les "pompiers de service" ne doivent jamais être confirmés, même en cas de débuts prometteurs. Car en général, il est rare qu'ils fassent long feu.


Ghislain Printant - ASSE

FBL-FRA-LIGUE1-DIJON-SAINT-ETIENNE


Trouver un successeur à Jean-Louis Gasset s'avérait être un véritable challenge, tant l'ancien entraîneur des Verts était respecté. 


Lorsqu'il prend les rênes de ​Saint-Etienne en Décembre 2017, l'ex-adjoint de Laurent Blanc récupère une équipe en plein doute, qui vient de se séparer successivement de deux entraineurs (Oscar Garcia et Julien Sablé). 


Lorsqu'il les quitte, le club présente une équipe solide, qualifiée pour l'Europa League suite à un très bon parcours en championnat.



Finalement, c'est Ghislain Printant qui s'est vu confier le poste. Un choix surprenant, et qui laisse dubitatif. Car le nouvel entraineur stéphanois ne présente pas le profil d'un technicien capable de gérer une équipe du haut de tableau, et encore moins celui d'un coach apte à manager en coupe d'Europe.


Leonardo Jardim - AS Monaco

FBL-FRA-LIGUE1-METZ-MONACO

(Re-)nommé entraineur de l'AS Monaco en Janvier dernier afin de remplacer son remplaçant (Thierry Henry, qui avait pris sa place en Octobre 2018), Leonardo Jardim ne semble pas réussir à stopper la spirale négative dans laquelle le club du Rocher semble être englué. 


S'il a évité de justesse la relégation la saison dernière en accrochant la 17ème place, le technicien Portugais n'est pour l'instant pas parvenu à insuffler une nouvelle dynamique à son équipe, dont le début de championnat s'inscrit dans la lignée des performances de l'année dernière (19ème après 5 journées).


À ce rythme-là, il y a donc de fortes chances que le Lusitanien ne termine pas 2019 sur le banc. Mais qu'il se rassure : remplacé par David Trezeguet en Octobre, il retrouvera sa place dès Janvier 2020, et sauvera le club in extremis de la relégation, en terminant à la 16ème place, trois points devant le premier relégué : l'OM.


Philip Cocu - Derby County

FBL-EUR-C1-EINDHOVEN-PRESSER

À peine arrivé, déjà parti ? Nommé à la tête de Derby County en Juillet dernier, Philip Cocu a eu la surprise de découvrir quinze jours plus tard que son club allait accueillir l'ex-star anglaise Wayne Rooney dès Janvier 2020 en tant que... joueur/entraineur-adjoint.


Si le technicien batave s'est contenté d'insister sur l'apport qu'aura l'ex-star des Three Lions sur l'équipe, Mel Morris (le président du club) s'est d'ores et déjà félicité d'avoir fait signer "un entraineur en puissance". Bref, pas besoin d'être devin pour deviner que Philip sera le cocu de cette histoire.


Ernesto Valverde - FC Barcelone

FBL-EUR-C1-BARCELONA-TRAINING

En poste depuis maintenant deux ans, Ernesto Valverde pourrait bien vivre ses derniers instants à la tête du ​FC Barcelone. Déjà critiqué pour son fond de jeu et sa capacité de management limités, plusieurs quotidiens espagnols affirment que la direction des Blaugrana aurait mal digéré les mauvais résultats du club lors du dernier exercice, notamment la cinglante élimination en demi-finale de Ligue des Champions contre Liverpool, où les Catalans ont été défaits 4-0 lors du match retour, après avoir gagné 3-0 à l'aller.


Si le nom de Xavi a pu être évoqué, l'ancien gardien catalan Victor Valdes s'est récemment déclaré intéressé par le poste, à court ou moyen terme. Valverde est désormais averti : les vautours se tiennent prêts.


Christian Gourcuff - FC Nantes

FBL-FRA-LIGUE1-NANTES-REIMS

D'un côté, prenez Christian Gourcuff : un entraineur dont la renommée n'est plus à faire en France, adepte du beau jeu, mais dont la philosophie n'a jamais fonctionné au-delà du FC Lorient, qui a horreur des clubs gérés de manière "folklorique" et qui, comme tout Breton, a un caractère bien trempé.


De l'autre, prenez Waldemar Kita, président autoritaire et qui souffre d'une "entraineurophagie" à faire pâlir de jalousie Maurizio Zamparini, l'ancien dirigeant de Palerme (pour rappel, Kita a nommé 14 entraineurs en 11 ans de présidence).


Réunissez les deux au sein d'un club en quête de sa gloire passée, et qui déteste aussi bien son président que tout ce qui s'apparente de près ou de loin à la Bretagne. Vous pouvez être sûr d'une chose : ce n'est qu'une question de temps avant que le crash ne se produise. Et tant pis si Nantes fait un bon début de saison jusqu'à atteindre le podium.