​Mauvaise opération au classement pour l'OL qui a concédé le match nul dans les toutes dernières minutes de la rencontre sur la pelouse d'Amiens (2-2). Une nouvelle contre-performance malvenue à seulement quatre jours de leur première sortie en Ligue des Champions. 


​L'OL se devait de proposer autre chose, il n'en fut finalement rien ou presque. Après la victoire de Lille en début de soirée, les voyants étaient au vert pour les hommes de Sylvinho après une trêve internationale qui aura mis en lumière plusieurs lyonnais. Décidés à engranger de la confiance à seulement quatre jours de leur affiche face au Zénith en Ligue des Champions, les coéquipiers d'Anthony Lopes ont été asphyxiés en seconde période après un premier acte maîtrisé dans l'ensemble. 

La déconvenue à la lyonnaise

Comme un refrain qui se répète inlassablement, les Lyonnais ont été, à l'image des saisons précédentes, suffisants dans le jeu au moment de faire le break. Pourtant, Moussa Dembélé avait remis dans le droit chemin une équipe déjà menée après seulement sept petites minutes de jeu suite à un coup-franc excentré de Christophe Jallet.


Légèrement dominateur au milieu de terrain, l'OL s'est procuré plusieurs situations intéressantes avant de prendre l'avantage sur un second but de Moussa Dembélé, bien présent pour couper un centre rentrant de Bertrand Traoré au premier poteau. Mais comme souvent, la nonchalance aura eu raison d'un groupe encore fragile mentalement. 

Dominés au retour des vestiaires par des Amiénois bien plus mordants, les Lyonnais auront souffert face aux vagues d'assauts des coéquipiers de Gaël Kakuta. Au courage, le stade de la Licorne pourra savourer ce match nul mérité après un but salvateur de Mathieu Bodmer, bien servi par un centre de Christophe Jallet. La punition ultime infligée par deux anciens joueurs de la maison qui garderont un souvenir impérissable de cette soirée enchantée. 


L'abnégation défensive de Bertrand Traoré

Souvent décrié pour son manque d'implication défensive, Bertrand Traoré aura répondu favorablement sur le terrain en multipliant les courses défensives. À l'aise balle aux pieds, le Burkinabé se sera montré également à son avantage par ses nombreuses percussions offensives.

Passeur sur le deuxième but de Moussa Dembélé, l'ancien ailier de l'Ajax d'Amsterdam aurait pu trouver la faille en fin de première période après un enchaînement bien maîtrisé dans la surface de réparation. C'était sans compter sur un manque de précision au moment de conclure.


La belle surprise du chef signée Jeff Reine-Adelaïde

Aligné au coup d'envoi de la rencontre dans un milieu à trois, l'ancien angevin recruté à prix d'or cet été s'est illustré de manière magistrale à l'organisation du milieu de terrain. Passeur sur le premier but de Moussa Dembélé après un enchaînement double contact, Jeff Reine-Adelaïde aura pris les clés du jeu, effaçant au passage son coéquipier Houssem Aouar, éteint et en dedans notamment en seconde période. Une belle promesse pour la suite de la saison. 


Amiens déjoue les statistiques

Avec aucun but marqué en première période depuis le début de la saison, les hommes de  Luka Elsner ont déjoué une première statistique avant de mettre à mal une seconde dans le temps additionnel de la seconde période. 

Avec un seul but inscrit lors des quatre dernières oppositions face à l'Olympique Lyonnais, ​les Amiénois ont su redresser la barre au meilleur des moments pour enfin lancer un début de saison compliqué. 


Avec un point pris au compteur ce vendredi soir, Amiens pointe à la 16e place provisoire du classement de ​la Ligue 1 Conforama et reste proche de la zone rouge. En face, son adversaire du soir réalise la mauvaise opération de la journée en laissant la possibilité à Toulouse, Marseille, Nantes et Reims de repasser devant.