​Alors qu'il a débuté la saison de belle façon, Christophe Dugarry estime que Memphis Depay n'a pas la qualité nécessaire pour être un leader à l'Olympique lyonnais.


Déjà quatre journées disputées, deux belles victoires pour débuter, mais deux derniers matches bien plus mitigés. Au moment de la première pause internationale de la saison, l'​Olympique lyonnais pointe à la cinquième place du classement de ligue 1, à deux longueurs de retard des équipes équipes qui font la course en tête.

Pas de quoi paniquer donc, pour les supporters des Gones, même si ces derniers ont logiquement de belles ambitions au vu du mercato estival réalisé par leur direction. Car en plus des nombreux renforts accueillis, l'état-major de l'écurie rhodanienne a su conserver bon nombre de ses cadres et joueurs décisifs.

C'est notamment le cas de ​Memphis Depay, qui a d'ailleurs débuté l'exercice sur les chapeaux de roues, avec déjà quatre buts inscrits au compteur. Pourtant, l'international hollandais continue de cultiver cet étrange paradoxe entre ses statistiques et sa régularité dans le jeu lyonnais.

Dernière preuve en date samedi, avec une nouvelle réalisation contre Bordeaux, suivie d'une passe nonchalante qui a coûté une expulsion à Thiago Mendes. Un constat que partage Christophe Dugarry. Pour le consultant de RMC, l'ancien joueur de Manchester United n'a pas ce qu'il faut pour devenir le leader de l'effectif de Sylvinho.


"On avait reçu en fin de saison dernière le président Jean-Michel Aulas et je lui avais lancé un appel. Mon conseil, c’était de prendre le plus d’argent possible, de vendre le plus de joueurs possibles. Le problème il est là. Tu peux t’améliorer mais au fond de toi tu ne changes pas. Il vaut mieux des joueurs moins talentueux mais qui ont une rage d’y arriver, qui ont cette rage de ne pas perdre.

Il faut des joueurs qui haïssent la défaite, on s’en fiche du talent ! Le talent vaut cher en football, mais le plus important c’est l’état d’esprit. Quand tu vois que ton leader c’est Memphis, elle est où la blague, c’est une blague de Julien Cazarre ? Comment tu peux donner les responsabilités de leadership à ce garçon-là, ils n’y arriveront jamais".


Un peu plus tôt dans la semaine, le journaliste de L'Equipe et spécialiste de l'OL Vincent Duluc s'était lui aussi irrité de ce côté "double-face" de l'attaquant, qu'il juge comme un "poison indispensable". Désormais, Memphis Depay doit davantage prouver sur la pelouse pour faire taire ses détracteurs.


  • Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram : @90min_fr