Ligue 1 : les 10 banderoles qui ont marquées l'histoire du championnat

Dans une actualité chaude agitée par le conflit entre ultras et LFP sur l'homophobie dans les stades, on vous propose un petit retour en arrière sur  les banderoles qui ont marquées l'histoire du championnat de France. Le choix n'as pas été facile au vu de la créativité des ultras français en la matière au fil des ans !

10. PSG-OM (fin 1990's-début 2000's)

Les Tigris Mystic 93, groupe du bas du Virage Auteuil était souvent très inventif en matière de banderole. Voici une petite amabilité adressée à leurs homologues provençaux des temps de la rivalité bouillante. Pas sûr qu'il serait aussi facile de la sortir aujourd'hui...

9. PSG-OM (fin des années 1990-début des années 2000)

Même lieu, même époque ! Cette punchline vient du CU84, plus ancien groupe ultra français lors d'un déplacement à Paris, à l'époque ou les "classico" étaient survoltés et passionnants...il y a longtemps donc ! Les phocéens faisaient référence au chant des parisiens "Ici c'est Paris !", évidemment.

8. Bordeaux-PSG (2002)

Voilà une banderole bordelaise faisant référence au déferlement des touristes d’île de France sur la cote atlantique durant les vacances. "L'été vous polluez nos plages,  l'hiver nos montagnes, ce soir notre stade...Parisiens, le sud-ouest vous vomit!". Les parisiens répondront plus tard : "Bordeaux et le sud-ouest c'est comme Nantes et la Bretagne : deux villes de merde en quête d'identité"!

7. OM-PSG (2003)

Luis Fernandez, coach emblématique du PSG aux coups de sang et facéties connues, est ici la cible des supporters du Virage Sud marseillais en mars 2003 (match du numéro exceptionnel de Ronaldinho). Le message est clair, percutant et efficace !

6. Nice-OM (2007)

Franck Ribéry a plusieurs fois été moqué pour son physique durant son passage en Ligue 1. On vous a sélectionné cette banderole niçoise déployé par la BSN en 2007 ("Le Ribéry fait peur aux enfants"). De quoi motiver un joueur sur un terrain, c'est le moins que l'on puisse dire !

5. OM-PSG (2009)

Trois ans après la mort de Julien Quemener, supporter parisien, aux abords du Parc, les Winners sortent une banderole piquante "3 ans sans Julien, 3 ans qu'on est bien". Dans la foulée, le groupe se désolidarisera de cette phrase sulfureuse.

4. PSG-OM (2001)

Capo emblématique des Winners, puis des MTP dans les années 90, Depé (Patrice de Peretti) meurt en juillet 2000 peu avant la reprise du championnat. Les Tigris Mystic lui rendent un hommage à leur manière, qui fera pas mal jaser dans le milieu ultra français de l'époque ("Depé : la came c'est plus fort que toi").

3. ASSE-OL (2000)

Le derby Lyon-Saint Etienne est surement la rivalité la plus importante du football français. Il a donné lieu à de nombreuses banderoles marquantes, notamment celle-ci il y presque vingt ans, dans le parcage lyonnais de Geoffroy Guichard : "les Gones inventaient le cinéma...quand vos pères crevaient dans le mines", chambrage historique en rapport avec le passé minier de Saint-Etienne face à la bourgeoise lyonnaise.

2. Reims-Sedan (2004)

On triche un peu car c'est un match de Ligue 2, mais qu'est-ce que c'est bien trouvé ! Cette banderole fameuse a été déployé lors du duel Reims-Sedan en septembre 2004, il y a quinze ans. Visuellement, c'est du top niveau, tout simplement !

1. PSG-Lens (2008)

"Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis". Certainement la première à laquelle on pense. Faisant référence au film à succès de Dany Boon, les ultras parisiens moquent la réputation de leurs adversaires lensois du soir. Elle fera polémique et ses auteurs seront même condamnés !

Dans une actualité chaude agitée par le conflit entre ultras et LFP sur  l'homophobie dans les stades, on vous propose un petit retour en arrière sur  les banderoles qui ont marquées l'histoire du championnat de France. Le choix n'as pas été facile au vu de la créativité des ultras français en la matière au fil des ans !