Alors qu'il vient de se faire remercier par l'Olympique de Marseille, Adil Rami est pour la première fois revenu sur sa situation actuelle et a adressé un message aux supporters. 


Une semaine déjà. Après avoir reçu sa lettre de licenciement de la part de l'​Olympique de Marseille mardi dernier, ​Adil Rami attend désormais que l'affaire soit totalement réglée devant la justice. Dans son édition du jour, L'Equipe nous apprend que l'international français avait déjà reçu une première proposition de dédommagement de sa hiérarchie, via ses avocats, à hauteur de 1,2 millions d'euros.

Rami a refusé un dédommagement de 1,2M€

L'équivalent en somme de quatre mois de son salaire brut.  Un sacré montant immédiatement refusé par le défenseur central. Sans surprise donc, le litige va se régler devant les prud'hommes. La fin d'un long *calvaire" sportif pour l'ancien joueur du LOSC, complètement dépassé la saison dernière, et désormais libre de s'engager où bon lui  semble.

Dans une longue interview accordée à la Team Duga sur RMC, le champions du monde 2018 est pour la première fois revenu sur cet épisode malheureux de sa carrière, en ayant une petite pensée pour les fans de l'écurie phocéenne. Compilation.


"Je voulais faire passer un petit message aux supporters, à l'éthique du club, très important. Pour moi, ce sont les supporters, les joueurs, les gens qui travaillent dans l'ombre pour l'OM : je leur souhaite bonne chance, je leur dis merci pour les belles saisons passées ensemble. Même si je suis désolé, triste de la saison que j'ai pu leur apporter. Mais en tout cas, je continuerai à les supporter. Et on parle bien de l'OM. J'arrive à faire la différence aujourd'hui : je parle des mecs qui sont avec et pour l'OM, du début jusqu'à la fin.

J'essaye de garder le moral, d'avancer. Je reste optimiste. Je me sens très très bien physiquement. Je suis libre et déterminé.

Maintenant tout est possible, le plus important c'est le football. J'ai envie de retrouver une équipe. Je sais que je suis bien entouré. J'ai mes agents qui regardent, ont beaucoup d'appels, et j'ai eu la chance de parler avec des présidents. Donc on attend tranquillement et on va voir. Je ne sais pas encore si je vais rester en France. Mais que ce soit en France ou à l'étranger je suis partant pour du combat. Je ne suis fermé à rien. Je n'attends qu'une chose c'est de retrouver un club et de montrer que je suis toujours là".


Reste à savoir désormais où Adil Rami va bien pouvoir rebondir. À 33 ans, fort de son expérience et s'il retrouve la forme, le Bastiais de naissance pourrait rendre service à bon nombre de clubs.


  • Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram : @90min_fr