Alors qu'il vient de mettre un terme à son contrat, Thiago Motta a avoué ne pas avoir beaucoup collaboré avec Thomas Tuchel et Maxwell au lors de son passage à la tête des U19 du Paris Saint-Germain.


Comme partout en été, c'est l'heure des chassés-croisés. Le ​Paris Saint-Germain n'a donc pas échappé à la règle. Après le retour remarqué de Leonardo au poste de directeur sportif, entraînant forcément le départ d'Antero Henrique, d'autres membres de l'organigramme ont également mis un terme à leur collaboration avec le champion de France.

Parmi les "débarqués", un habitué des lieux : Thiago Motta. D'abord joueur jusqu'à sa retraite sportive (2012-2018) l'ancien international italien avait depuis endossé le rôle d'entraîneur des U19 après avoir passé les diplômes nécessaires à cette nouvelle fonction. Une courte aventure d'une saison pour l'ex-milieu de terrain.

Les raisons de son départ sont restées relativement floues, mais nul doute que le Brésilien de naissance n'a sans doute pas dit son dernier mot dans l'écurie de la capitale. Dans une précédente interview du début de l'année, il n'avait pas caché son voeu de se retrouver un jour sur le banc de l'équipe première. Un discours qui n'a visiblement pas plu à Thomas Tuchel, alors en place à l'époque.

C'est en tout cas la dernière confession faite par l'ancien Intériste, qui s'est cette fois livré dans les colonnes de L'Equipe. Le Transalpin, qui a concédé ne pas avoir entretenu de contacts directs avec Maxwell, son supérieur, a aussi avoué ne rien changer de ses plans pour l'avenir. Et ce qu'importe si ses relations avec le manager Allemand se sont dégradées. Compilation.


"​Avec Maxwell, aucune relation. Je pensais au départ qu'il ferait le lien entre les jeunes et les pros, mais non. Il a eu beaucoup de travail avec les pros. Il n'avait plus de temps. Thomas Tuchel et moi, on n'a jamais parlé. Il n'a pas aimé que je puisse dire que j'aimerais entraîner un jour le PSG. Je l'ai su et j'ai trouvé cela un peu bizarre car, s'il voulait en parler, il savait où me trouver.

J'ai une ambition, je suis clair là-dessus et personne ne pourra me l'enlever. Et je n'ai pas dit cela contre lui, je l'aurais dit avec n'importe quel autre entraîneur. Dans mes propos, j'ai été respectueux et je lui ai témoigné mon soutien. Après, si ça lui pose un problème, ça le concerne. Il y a 99% des entraîneurs qui ont envie d’entraîner le Paris Saint-Germain parce que c’est un grand club. Le 1%, c’est Tuchel, qui est l’entraîneur aujourd'hui.

Du moment où il n’est plus là, bien sûr que je fais partie des entraîneurs qui aspirent à entraîner le PSG. Mon envie, aujourd'hui, c’est de faire douter Nasser pour qu’il me voie comme un candidat pour entraîner l’équipe première. Le PSG, c’est ma maison. C’est là que je suis resté le plus longtemps. J’y ai gagné beaucoup de titres en tant que joueur, mon ambition est d’en gagner d’autres, dont la C1, avec ce club comme entraîneur".


S'il ne l'avait toujours pas compris, Nasser Al-Khelaïfi sait qu'il n'aura pas besoin de convaincre Thiago Motta s'il décide de faire un jour appel à ses services pour le Paris Saint-Germain.


  • Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram @90min_fr