​Le ​PSG a entamé sa saison 2019-2020 en Allemagne en disposant très facilement de Dresde (6-1), club de deuxième division allemande. Cette première rencontre fut l'occasion de voir les débuts des recrues parisiennes et de découvrir quelques jeunes prometteurs. 


En 4-4-2 pour débuter la saison

En l'absence de tous les Sud-Américains encore en vacances après la Copa America (Cavani, Thiago Silva, Marquinhos, Di Maria, Paredes) mais aussi Kimpembe, Choupo-Moting, Dagba et ​Neymar évidemment, Thomas Tuchel n'avait finalement pas énormément d'options pour élaborer son onze de départ. Il a opté pour un 4-4-2 classique, souvent utilisé la saison dernière, où Herrera et et Sarabia ont fait leur début au milieu de terrain et Mbappé était associé à Jesé en attaque. Parmi les onze titulaires, aucun n'a joué 90 minutes et c'est une équipe totalement rajeunie qui a fini le match. 


Onze de départ : Areola - Meunier, Kehrer, Kurzawa, Bernat - Herrera, Verratti - Sarabia, Draxler - Jesé, Mbappé

En deuxième mi-temps : Trapp - Meunier (Hemans Arday 62'), Mbe Soh, Kurzawa (Kouassi 62') Bernat (Bakker 56') - Verratti (Aouchiche 56'), Herrera (Nsoki 62') - Sarabia (Toufiqui 56'), Zagre - Jesé (Postolachi 56'), Mbappé (Yapi 62')


​Mbappé étincelant, Verratti en forme 

Le meilleur joueur de Ligue 1 a commencé ​la saison comme il a fini la précédente, en trombe. Affuté physiquement, il a fait la différence à chacune de ses prises de balles et fut bien supérieur à ses adversaires et même à ses partenaires. Auteur d'un doublé, de deux passes décisives et d'un poteau en une heure, il a montré un niveau de jeu excellent et une envie débordante, comme à son habitude.


Autre satisfaction, Marco Verratti a rayonné dans l'entrejeu, en multipliant les courses et ne perdant que très peu de ballons. Il est également passeur pour ​Mbappé en première mi-temps. Sinon, Draxler a également trouvé le chemin des filets, alors que Jesé, toujours parisien, a frappé sur le poteau. Face à un adversaire bien plus faible, la défense n'a pas été inquiété et n'a pas vraiment pu se mettre en valeur. 


Des recrues en demi-teinte

Avec Herrera et Sarabia titulaires et Bakker sur le banc, le PSG avait trois de ces cinq recrues à disposition (Bulka est légèrement blessé alors que Diallo vient seulement d'arriver). Alignés tous les deux au milieu de terrain mais dans des rôles différents, les Espagnols ont manqué de repères et ont connu du bon et du moins bon. 


Positionné très bas et chargé de la première relance, Herrera a eu du déchet dans ses passes mais est décisif sur le but de Zagre (48') et a souvent bien combiné avec Verratti. Plus haut sur le terrain, Sarabia aurait pu ouvrir son compteur avec le ​PSG sur un service de Jesé mais a manqué sa frappe (29'). Techniquement intéressant, il fut disponible pour ses partenaires mais irrégulier dans son jeu. Mitchel Bakker est lui apparu en seconde période au poste de latéral gauche dans une équipe totalement remaniée, faisant une entrée en jeu plutôt neutre. 


Des jeunes en vue 

Si aucune nouvelle tête n'était présente au coup d'envoi, ​Thomas Tuchel a ensuite lancé de nombreux jeunes, certains étant plus connus que d'autres. Hormis le penalty commis par Mbe Soh, qui avait fait deux apparitions en ​Ligue 1 la saison passée, ils se sont montrés plutôt convaincants, et certains d'entre eux se sont particulièrement mis en valeur. 


C'est notamment le cas d'Arthur Zagre, entré dès la mi-temps au milieu, très à l'aise balle aux pied, et buteur dès la 48ème minute puis passeur pour Adil Aouchiche (71'), qui a lui aussi montré de belles choses après son Euro flamboyant avec l'Equipe de France U17 (9 buts). Enfin, Virgiliu Postolachi, déjà présent l'année dernière lors des matchs amicaux, a été discret dans le jeu mais a marqué un joli but sur un service de Mbappé (61').


  • Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram : @90min_fr