​Le Brésil connait son premier accroc face au Venezuela. Malgré une nette domination territoriale, la Seleçao n'a pas réussi à faire sauter le verrou de la Vinotinto. Deux buts des Brésiliens ont été refusés par la VAR et ce, à des moments-clés de la rencontre. La 29ème nation au dernier classement FIFA a tenu tête aux locaux copieusement sifflés par leur public... 


Les tops Brésiliens 

Arthur a changé quelque peu la donne


Le score fleuve de 3-0, lors de la première rencontre, était tout de même flatteur pour le Brésil. L'équipe avait du mal à faire circuler le ballon de manière fluide. Arthur a donc été préféré à Fernandinho. Sa qualité technique a permis à cette Seleçao de trouver bien plus de décalages dans les trente derniers mètres. 

Le système de Tite lui convient à souhait puisqu'il lui permet de faire le box-to-box et de laisser la partie défensive à Casemiro. Il a utilisé parfaitement la verticalité du jeu en associant transversales et passes courtes. 

Une charnière centrale bien en place 


Rien à redire sur cette charnière parisienne. Marquinhos a parfaitement géré le beau volume de jeu de Salomon Rondon. Thiago Silva a lui été en charge du défi physique imposé par l'attaquant de Newcastle. Les duels aériens ont été rudes. Seule, une tête décroisée de Rondon a manqué de peu le cadre sans inquiété un Alisson assez tranquille. 

Le peu d'animation offensive de ce Venezuela n'a pas posé de problèmes aux deux défenseurs du PSG. Dani Alves et Filipe Luis ont, eux, perdu beaucoup de ballons sur leurs ailes respectives. Aucun but encaissé dans cette Copa America pour le moment... 

Les flops du Brésil 

Beaucoup d'attaquants mais aucun buteur...


19 tirs, 1 seul cadré ; c'est pour nous la statistique de la rencontre. C'est assez incroyable de voir autant de profils offensifs sur la pelouse avec peu de réussite devant les buts. Si nous mettons de côté les deux buts refusés, aucun attaquant n'aura trouvé le cadre puisque cette tentative cadrée est provenue de ​Casemiro de loin. 

Roberto Firmino et Gabriel Jesus ont encore une fois montré qu'ils n'étaient pas les finisseurs dont avaient besoin le Brésil. Contrairement à d'autres nations de la compétition, la Seleçao a un déficit en finition assez problématique. 

... et peu de créateurs

Firmino et Jesus, associés en seconde période en attaque, n'ont pas les profils de joueurs à aller chercher les ballons et trouver les décalages. Richarlison a été dedans, dépassé par l'intensité physique imposée par le Venezuela. Enfin, le grand flop c'est bien Philippe Coutinho. Il devait prendre le jeu à son compte, faire oublier l'absence de Neymar comme au premier match. 

Il a préféré rester dans l'ombre et tenter tant bien que mal de terminer les occasions au lieu d'en être à l'origine. Sans cette intelligence créative, les hommes de Tite n'ont tout simplement trouvé que très peu d'espaces dans une défense regroupée. Everton a son entrée a montré des signaux encourageants : il devrait être titulaire lors de la dernière rencontre. 

Ce dernier match sera décisif pour le Brésil à égalité de points avec le Pérou, tombeur de la Bolivie cette nuit. En cas de défaite face aux Pumas et de victoire du Venezuela sur les Boliviens, la Séleçao serait déjà éliminée de sa Copa America... 

​​

​​