​Sans club depuis près de deux-ans, André Villas-Boas pourrait bien rebondir en France. Le technicien portugais est pressenti pour prendre les rênes de l'Olympique de Marseille. Du haut de ses 41 ans, Villas-Boas a vécu des hauts et des bas depuis le début de sa carrière d'entraîneur. Focus sur ce coach passé par Porto, Tottenham, Chelsea ou encore le Zénith Saint-Pétersbourg.


Le moment tant attendu par les supporters phocéens a sonné vendredi soir. Rudi Garcia a dirigé contre Montpellier (1-0) lors de la 38e journée de ​Ligue 1 son dernier match sur le banc de l'OM. Le club phocéen termine cinquième, bien loin des objectifs de début de saison et d'une qualification pour la Ligue des Champions. Dès lors, une question est sur toutes les lèvres. Qui sera à la tête de l'​Olympique de Marseille la saison prochaine ? 


Si beaucoup de noms circulent (Gabriel Heinze, Laurent Blanc...), un favori se dégage ces derniers temps sur la Canebière. Andoni Zubizarreta a jeté son dévolu sur André Villas-Boas, libre depuis la fin de son aventure chinoise au Shanghai SIPG. Mais, beaucoup de supporters s'interrogent sur celui qui a longtemps été surnommé le "Special Two'" en référence à son mentor, José Mourinho. Alors, qui est André Villas-Boas ?

Un modèle de précocité 


Si les jeunes entraîneurs à l'image de Julian Nagelsmann (RB Leipzig) sont à la mode actuellement, André Villas-Boas a commencé sa carrière de coach alors qu’il n’avait que 17 ans, lorsqu’il a intégré le staff de Bobby Robson au FC Porto grâce à son expertise tactique.  Après une brève parenthèse en tant qu’entraîneur des Iles Vierges Britanniques, Villas-Boas décidait ensuite de revenir au bercail pour devenir l’assistant de Mourinho, qu’il suivra ensuite à Chelsea ou encore à l’Inter Milan, jusqu’à ce que l’Académica de Coimbra lui donne sa chance en 2009. 


Pour sa première sur un banc en tant que N°1, AVB sauvait l’équipe portugaise de la relégation et s’envolait pour Porto dès l’année suivante. Avec le club du nord du Portugal, Villas-Boas soulevait l’Europa League 2011 et devenait à 33 ans et 213 jours, le plus jeune entraîneur à remporter une compétition européenne. Une victoire européenne qui lui ouvrira quelques mois plus tard les portes de Chelsea. Cependant, son aventure chez les Blues a rapidement tourné au vinaigre et Villas-Boas se fit licencier. 


Villas-Boas n'a pas peur de s'exporter


André Villas-Boas rebondit vite du côté de Tottenham avec qui il finira cinquième de Premier League. Malheureusement pour lui, l'exercice suivant des Spurs est moins convaincant et AVB prendra la porte dès le mois de décembre. En 2015, il prend alors les rênes du Zénith Saint-Pétersbourg avec lequel il remportera le Championnat et la Coupe de Russie avant de céder aux sirènes chinoises du Shanghai SIPG, qu'il quittait en novembre 2017.

FBL-CHN-SIPG

Adepte du beau-jeu


Contrairement à son mentor, José Mourinho, Villas-Boas prône un jeu porté vers l'avant. Lors de sa saison au FC Porto, il a pu compter sur un duo phénoménal Hulk-Falcao et les Dragões inscrivaient la bagatelle de 145 buts en 58 matches. Mais son jeu offensif lui aura également coûté cher notamment lors de son expérience à Chelsea. Une chose est sûre : le Portugais est à même d'appliquer la devise de l'Olympique de Marseille : "Droit au But". Pour Andoni Zubizarreta, André Villas-Boas est le profil idéal. 


Reste à connaître les positions de Jacques-Henri Eyraud et de Franck McCourt. Les suiveurs du club phocéen devraient connaître dans la semaine l'identité du successeur de Rudi Garcia. 


Suivez-nous sur notre nouveau compte Instagram : @90min_fr