​Selon l'AFP et le Parisien, Nasser Al-Khelaifi serait mis en examen pour corruption dans le cadre de l'achat du mondial d'athlétisme de 2017.


Le président du ​PSG aurait validé un versement de 3.1 millions d'euros en faveur de Lamine Diack, ancien président de la fédération mondiale de l'athlétisme. L'objectif de ce pot-de-vin aurait été l'organisation de la compétition sportive dans la capitale qatarie, Doha.

Le 20 Mars dernier, Nasser s'était volontairement présenté, et a été qualifié de "témoin assisté". En effet, plusieurs éléments laissent supposer son lien avec cette affaire. Le plus important est notamment le fait que le conflit concerne l'entreprise de son frère Khaled (ORYX QSI) et celle du père de Lamine Diack ((Pamodzi Sports consulting).


Renaud Van Ruymbeke, qui est à l'origine de l'accusation visant Nasser, avait découvert deux virements d'une valeur avoisinant les 3.5 millions d'euros entre ces deux compagnies, alors qu'il faisait une enquête sur le dopage des athlètes russes.

​Malgré ce don illégal présumé, le championnat d'athlétisme avait eu lieu à Londres suite aux votes de l'assemblée (16 contre 10), mais l'édition 2019 se réalisera finalement bien au Qatar.


L'avocat du président du PSG, Francis Spizner a reconnu la mise en examen, mais nie toute véracité de l'ensemble des accusations. 

Le moins qu'on puisse dire c'est que 2019 n'est décidément pas la bonne année pour Nasser Al-Khelaifi.