Les matchs se suivent et se ressemblent pour un PSG handicapé par de trop nombreuses absences pour déployer son jeu habituel. Découvrez les notes parisiennes à l'issue d'un match dont la seule éclaircie fut le premier but en professionnel du jeune Météhan Guclu. Si le titre reste bien entendu à portée de main des Parisiens, bon nombre de records à battre peuvent désormais être rayés des objectifs de fin de saison.



Buffon (3) : Un arrêt formidable pour rappeler qu'il fut un gardien de classe internationale  à une époque (13ème). Un invraisemblable enchaînement sortie inappropriée-retour en trottinant (58ème) pour confirmer que tout cela appartient désormais au passé, et qu'il fait plus que jamais son âge. 


​Kehrer (2) : Mangé dans tous les duels, au point de perdre ses appuis au moindre crochet, et infâme dans son marquage, l'Allemand a vécu un nouveau cauchemar à la Beaujoire. L'automne en avait fait un cador potentiel, le printemps se charge de le renvoyer au statut de poids plume. Stylo Kehrer.

Kimpembe (3) : Insignifiant à Lille, il a de nouveau sombré ce soir, n'arrivant pas à tenir la baraque et s'imposer sur les coups de pied arrêtés. Notez d'ailleurs que les cinq premières lettres du mot "marquage" sont les mêmes que celles de "Marquinhos", dont l'absence se fait manifestement sentir.


Nsoki (3) : Il va devoir grandement hausser son niveau technique s'il souhaite atteindre rapidement le haut niveau professionnel. Car dans la relance, ce n'est pas encore ça. Remplacé par Colin Dagba (59ème), il ne méritait pas plus qu'un autre de sortir pour autant. Le latéral, apprécié par son entraîneur, s'est montré très actif sur le côté droit, délivrant plusieurs bons centres jusqu'à offrir à Météhan Guclu son premier but chez les professionnels.


Draxler (3) : L'international allemand pourra au moins se targuer d'avoir été régulier cette semaine. Dommage pour lui, il avait été transparent et nerveux dimanche dernier. Julian brasse l'air.


Kurzawa (2) : On l'a vu se plaindre en seconde mi-temps de ne pas comprendre les consignes de son staff. Malheureusement pour lui, on s'en était rendu compte avant cette altercation, tant le jeu pencha avec récurrence de l'autre côté du terrain. Remplacé par Guclu (74ème), qui sera bien le seul à se souvenir de cette soirée.


Paredes (4) : Ce moment gênant où tu possèdes un joueur aux qualités de numéro dix entre les mains, et que tu le juges comme un milieu récupérateur. Un constat qui nous rappelle drôlement le destin récent d'un autre Argentin du PSG... De nouveau intéressant dans la transmission, mais inexistant ou presque à la récupération, l'ancien de Saint-Pétersbourg a donné un but, et aurait même pu voir ce total incrémenté si Moussa Diaby et Kalifa Coulibaly s'étaient montrés plus adroit. Il a fini la rencontre défenseur central...

Dani Alves (4) : S'il obtient finalement sa prolongation de contrat, il pourra remercier le FC Nantes, contre lequel le Brésilien a inscrit deux buts splendides en une poignée de jours. Une exquise frappe flottante (18ème) qui ne doit pas totalement masquer l'indigence de sa prestation. Malheureux sur le troisième but nantais (51ème).


Diaby (3) : Il n'a pas su profiter de sa vitesse pour conclure les quelques belles situations s'offrant à lui. Au lieu de cela, il s'est montré très brouillon, ne réussissant quasiment rien à l'arrivée.


Choupo-Moting (4) : S'il fut globalement peu en vue, l'international camerounais a parfois montré que son jeu dos au but pouvait être utile pour son équipe. Pas un grand joueur, certes. Mais pas non plus le raté que certains nous vendent depuis son manqué insolite face à Strasbourg. Proche de marquer de façon peu académique, mais Maxime Dupé et son poteau en décidèrent autrement (78ème).


Nkunku (4) : Il a bien tenté quelques décalages, notamment en fin de match lorsqu'il put placer Dagba sur orbite pour centrer. Mais il ne s'est pas montré flamboyant pour autant, comme trop souvent.