Alors que la question sur le règlement ou non du transfert d'Emiliano Sala se pose toujours, Cardiff City a fait avoir à la FIFA que le club camperait sur ses positions.


"Cardiff City FC a aujourd’hui (lundi, ndlr) soumis sa réponse à la FIFA suite à la plainte déposée par le FC Nantes le 26 février 2019. Les procédures sont en cours et vous comprendrez qu’à ce stade de l’affaire nous ne pouvons pas faire d’autres commentaires. Toute nouveauté sera communiquée en temps voulu"


Par ces mots prononcés par le porte-parole de Cardiff City et rapportés par la BBC, le ton est donné. Un ton bien triste au demeurant, qui fait suite au "feuilleton" du transfert d'Emiliano Sala du ​FC Nantes vers lclub gallois.

Depuis la catastrophe aérienne qui a coûté la vie à l'Argentin et au pilote David Ibboston, les deux écuries ne cessent en effet de se renvoyer la balle sur la question du règlement. Pour résumer, les positions des deux institutions sont simples. D'un côté, les Canaris réclament à la direction des Bluebirds de payer le montant prévu initialement, dans son intégralité. Demande refusée.

Par la suite, la Fifa avait accordé un délai à l'actuel 18e d​Premier League pour verser la première tranche de l’opération (soit 6 des 17 millions d'euros hors bonus au total) d'ici le 15 avril. Demande là-aussi déclinée par les Galloisces derniers étant convaincus d’être dans leur bon droit. Pour justifier cette décision, ils ont donc fourni une liste de preuves à l'instance du foot mondial, arguments et documents invalidant à leurs yeux le transfert de l'attaquant.

Selon plusieurs médias britanniques, Cardiff City estime que l'accord entre les deux partis est devenu "nul et non avenu" après la mort du joueur, en raison du rejet par la Premier League de la première mouture du contrat d'Emiliano Sala, celui-ci ayant péri avant la signature. Quoiqu'il advienne, la tâchne s'annonce pas aisée pour la FIFA, qui va devoir finir par trancher. Un bien triste épilogue.