Après la raclée, l'ambiance était tendue dans le vestiaire du PSG, dimanche soir au stade Pierre Mauroy. Comme un symbole d'une fin de saison délicate.


Le ​Paris Saint-Germain se préparait à faire la fête, au contraire il s'est noyé. Face à son dauphin Lille, le club de la capitale aura souffert et littéralement sombré, après avoir été réduit à 10 avant la mi-temps. Les hommes de Tuchel voulaient fêter leur 8e titre de champion de France dès dimanche, ils ont encore raté l'occasion, comme la semaine passée contre Strasbourg. 

Mais cette fois, ​les Parisiens ont subi une humiliation (5-1). Ce qui agacé en interne et installé un climat tendu après la rencontre. Car si certains joueurs parmi lesquels Kylian Mbappé se sont plaints de l'arbitrage, comme leur président Nasser Al-Khelaifi, Thomas Tuchel a lui insisté sur les carences de son effectif, en nombre. 


Tuchel n'en peut plus de bricoler !

Au micro de ​Canal Plus, l'entraîneur allemand a poussé un réel coup de gueule, à valeur d'avertissement en vue du prochain mercato estival. Car avec la cascade de blessures, et les suspensions, il doit bricoler depuis plusieurs semaines, et le niveau de son équipe s'en ressent forcément. 


"On a joué avec Moussa Diaby, qui n’a fait que deux entraînements et n’aurait pas dû jouer. Thilo Kehrer était malade et n’aurait pas dû jouer. On n’avait que 15 joueurs pour la 10e fois cette saison ! Ce n’est pas possible (...)  Tout le monde pense que c’est normal que Bernat joue numéro 10, latéral gauche ou milieu, parce qu’on gagne. Mais ce n’est pas normal, c’est complètement l’inverse. […] C’est trop ! Sans Marquinhos, sans Thiago Silva, avec Thilo malade, c’est trop ! […] Tout le monde a pensé que c’était normal de jouer avec Colin Dagba, Moussa Diaby, Stanley Nsoki. On joue sans Ney, sans Edi et tout le monde pense que c’est normal. Depuis des semaines on s’entraîne à 13 ou 14, ce n’est pas possible. Je dois protéger mes joueurs."


Agacé, l'ancien de Dortmund a notamment rappelé qu'il était en plus de cela privé de Lassana Diarra et Adrien Rabiot, qui n'ont pas été remplacés. Pour autant, il n'a pas épargné ses joueurs dans le vestiaire comme le révèle ​RMC. Fâché, il ne leur a trouvé aucune excuse dans son discours d'après-match. 


Un retour très calme à Paris


"Il faut gagner à Nantes. On a joué comme des débutants, on a le droit de perdre mais pas de cette manière", leur a-t-il assené, alors que son effectif sera encore moins conséquent pour la prochaine rencontre de Ligue 1. En attendant, l'ambiance était bien calme. Personne ne s'est d'ailleurs arrêté en zone mixte, mis à part Marco Verratti après la rencontre. Rentrés dans la nuit, les Parisiens se retrouveront au Camp des Loges ce lundi après-midi.


  • Suivez-nous sur le nouveau compte instagram : @90min_fr