​Les Lyonnaises ont parfaitement négocié la venue des Parisiennes au Groupama Stadium pour ce choc de la vingtième journée de D1 entre les deux co-leaders du championnat. Désormais seules premières à deux journées de la fin, les filles de Reynald Pedros peuvent sereinement aborder les rencontres face à Dijon puis Metz et se diriger tout droit vers un treizième titre consécutif.


Toujours soucieux d'être sur la plus haute marche du podium, Jean-Michel Aulas s'est donné les moyens de faire basculer cette soirée dans l'extraordinaire. Pourtant, ​l'OL n'a jamais été aussi proche de se faire contester le sacre national face à des Parisiennes qui n'avaient toujours pas connu la moindre défaite en championnat cette saison. Et pour éviter une énorme déconvenue sur la scène hexagonale, le président lyonnais avait décidé d'offrir quatre places par abonné pour tenter de battre de nouveaux records à Lyon. C'est désormais chose faite avec 25 907 supporters. 

Dans un Groupama Stadium remonté et encouragé par de nombreux membres des Bad Gones, Jean-Michel Aulas a réussi à pulvériser le record d'affluence pour un match de D1, détenu par Guingamp lors d'une confrontation face aux Lyonnaises le 11 octobre 2011. Ce soir là, 12 263 fans avaient garni le stade du Roudourou, bien loin du record pour un match de Coupe d'Europe. 


En avril 2016 lors d'un match face à ce même​ PSG en demi-finale de la Ligue des Champions, le Groupama Stadium avait affiché pas moins de 22 050 supporters. Une affluence record qui avait été battue deux mois plus tard pour une rencontre internationale entre la France et la Grèce (24 835 spectateurs). Cette fois-ci, l'institution lyonnaise a voulu marquer de son empreinte cette soirée magique qui se sera soldée par un cinglant 5-0. 

Dépassées dans tous les compartiments du jeu, les filles d'Olivier Echouafni n'ont pas pu rivaliser face à la densité des coéquipières de Wendie Renard, une nouvelle fois buteuse sur pénalty juste avant la pause. Avec déjà trois buts de pris dans la besace avant de rentrer au vestiaire, les Parisiennes n'ont jamais été en mesure d'inquiéter Sarah Bouhaddi qui sera intervenue sur une seule frappe cadrée en seconde période. 

Il faut dire que les Lyonnaises avaient parfaitement bien préparé ce choc après sa contre-performance à Fleury en championnat (1-1). Survoltées à l'idée de pouvoir céder la couronne à leur grande rivale (Montpellier troisième est à 20 points), Ada Hegerberg, Eugénie Le Sommer, Dzsenifer Marozsan, Amandine Henry ou encore Shanice Van de Sander, ont toutes mis leur bleu de chauffe pour faire briller une nouvelle fois la ville lumière dans une rencontre qui restera gravée dans les annales. 


"C'est un match formidable avec les deux meilleures équipes françaises. Le PSG était venu avec de grosses ambitions. C'est un résultat qui nous laisse espérer une fin de saison avec un parcours excellent. Elles ont donné un peu de plaisir à une institution qui a énormément souffert." (Jean-Michel Aulas)


Et si les deux équipes comptent seulement trois points d'écart à deux journées de la fin, nul doute que les Parisiennes ont dit adieu à l'espoir de mettre enfin un terme au règne sans partage des Fenottes en France. 

Les buteuses : Ada Hegerberg (8e), Eugénie Le Sommer (40e), Wendie Renard (45e), Dzsenifer Marozsan (60e), Shanice Van de Sanden (90e +2)


  • 21e journée de D1 : Dijon-OL (le 24 avril à 18h30)

                                         PSG-Bordeaux (le 24 avril à 18h30)


  • 22e journée de D1 :  Guingamp-PSG (le 4 mai)

                                          OL-Metz (le 4 mai)