Lieke Martens

Voilà pourquoi le football féminin est promis à un bel avenir

À l'approche de la Coupe du Monde qui se déroulera en France du 7 juin au 7 juillet prochains, on vous explique les cinq raisons pour lesquelles le ballon rond accordé au féminin devrait avoir des lendemains qui chantent.

1. Des audiences en hausse

Depuis une petite dizaine d'années, le football féminin a gagné en visibilité télévisuelle, particulièrement au moment des compétitions internationales. Et les téléspectateurs répondent de plus en présents lors de ces rencontres féminines. Les diffuseurs ne s'y trompent pas. Par exemple, en novembre dernier, pendant la trêve internationale chez les hommes, la chaîne Canal + n'a pas hésité à programmer le choc de la première division française PSG-OL en prime time. Se déroulant un dimanche à 21 heures, il a attiré une audience respectable d'environ 500 000 téléspectateurs, soit plus de 10% de parts de marché. Le foot féminin est un marché porteur qui devrait se développer exponentiellement dans un futur proche. Une aubaine pour les diffuseurs.

2. Une amélioration du niveau de jeu

Si les femmes n'atteindront jamais le niveau de performance physique des footballeurs professionnels en raison de déterminants physiologiques, le niveau du foot feminin est en constante augmentation au niveau technico-tactique. Lors de la Coupe du Monde 2011 en Allemagne, l'auteur de ses lignes se remémore avoir assisté à plusieurs rencontres où l'animation des équipes et la capacité à enchaîner des phases de conservation dignes de ce nom étaient des plus discutables. Indéniablement, spécialement au niveau des grosses écuries en clubs et chez les toutes meilleurs sélection nationales, le gouffre se referme à vitesse grand V. Sans être comblé pour autant toutefois.

3. Une ferveur populaire en décollage

Alors qu'il était anecdotique il y encore une décennie, le football féminin gagne petit à petit les cœurs français. Ce sujet de discussion n’est plus marginal et l'avènement de chroniqueuses issues du haut niveau de ce sport (Laure Boulleau pour la plus connue) attire l'attention et focalise les débats sur le sujet. Preuve de cet engouement, une bonne partie des billets pour le mondial français a déjà trouvé preneur et le nombre de licenciées dans l'hexagone est en augmentation de 15% depuis la CDM garçons de l'année dernière. Avec des chiffres autour de 200 000 licenciées tout de même (joueuses ,arbitres, dirigeantes, éducatrices), le poids sur le sport féminin est de plus en plus notable.

4. Une volonté de développer ce sport en haut lieu

Fin 2018, la FIFA a annoncé ses objectifs en matière de développement du foot féminin. 


"Atteindre rapidement les 60 millions de pratiquantes dans le monde, doubler le nombre de championnats de jeunes, augmenter le nombre de femmes dans les comités exécutifs et atteindre une audience d'1 milliard de personnes lors du Mondial 2019, l'an prochain en France".


Rien que ça ! Avec une telle ambition au sommet du foot mondial, nul doute que les moyens vont être mis pour atteindre les buts fixés.

5. Le rôle de la Coupe du monde 2019

En France, le football masculin avait connu une véritable explosion dans tous les domaines à la suite du Mondial 98 organisé chez nous, où les Bleus avaient été victorieux. On peut légitimement penser que ce sera à nouveau le cas cette année pour les féminines. La FFF mise beaucoup sur la gran- messe mondiale pour valider l'évolution positive du foot féminin dans l'opinion publique du pays. Un beau parcours des françaises aiderait beaucoup, assurément. Allez les Bleues !