Alors que Mario Balotelli a fait parler de lui lors du match entre Bordeaux et l'OM, Dante raconte comment il avait appris à gérer son partenaire de l'OGC Nice.


"Je suis désolé mais Balotelli, c’est une verrue. Il rentre à un quart d’heure de la fin et il met le bordel dans le match. Non mais c’est quoi ce joueur ? Il faut qu’il parte, il ne pense qu’à lui !".


Très remonté, Christophe Dugarry, lors de son dernier tacle les deux pieds décolléeffectué sur Mario Balotelli après le match entre les Girondins de Bordeaux et l'​Olympique de Marseille, vendredi.

Pour rappel, l'international italien a fait parler de lui en s’accrochant avec Pablo peu après son entrée en jeu tardive, provoquant au passagune fracture du nez et l’expulsion du défenseur brésilien. Des faits de jeu qui rappellent le caractère sanguin de l'ancien joueur de Manchester City, qui s'était d'ailleurs plutôt bien tenu jusqu'ici sous ses nouvelles couleurs phocéennes. Lors de son passage à l'​OGC Nice en revanche, la donnest toutautre.

Eeffet, lors de ses deux saisons pleines avec le Gym, "Super Mario" a récolté pas moins d4 cartons rouges, résultant souvent dsa mauvaise humeur. Oui, le buteur transalpin est aussi provocateur et râleur qu'il est talentueux. Dante, son capitaine de l'époque, a raconté dans France Football comment il a parfois dû gérer le "cas" de son partenaire auprès des arbitres de Ligue 1


​"Combien de fois je suis allé m’excuser auprès des arbitres à cause de son comportement ! C’était aussi mon rôle. Il faut sentir vite ce qui peut arriver, pour l’équipe. Il y a une fois où ça n’a pas marché, à Lorient en 2017, il a pris un rouge. Je le sentais venir, mais l’arbitre en a eu vite marre. En même temps, je comprends, l’arbitre est humain, il peut être touché par des propos.

Mario lui parlait en anglais, en italien, et je crois que l’arbitre avait quelques notions en langues étrangères... Je n’ai jamais aimé parler avec les arbitres. Je ne dis pas que je ne les aime pas, simplement que je m’interdisais de leur parler. Ils font des erreurs, oui, donc on peut être fâché, mais à quoi ça sert de mal leur parler ?"


Ainsi, Mario Balotelli manquera la partie contre l’En Avant Guingamp pour accumulation de cartons jaunes. Voire pire. Car s'il n'a pas été sanctionné au moment de son dernier coup de sang, la direction du club aquitain a depuis signalé à la LFP la blessure de son Auriverde.

Sur le papier, le chouchou des supporters de l'OM risque donc un an de suspension pour "blessure pour coup porté en dehors d’une action de jeu, attestée par un certificat médical et causant une ITT inférieure ou égale à huit jours". Affaire à suivre...