​Alors que les Lyonnais avaient l'occasion de mettre la pression sur les Lillois (2e), les hommes de Bruno Genesio se sont sabordés face au dernier du championnat dans le cadre de la 31e journée de ​la Ligue 1 Conforama. Un véritable échec aussi bien sur le plan sportif que institutionnel. 


Décevante, déconcertante, les superlatifs ne seraient pas assez nombreux pour décrire la pitoyable performance des coéquipiers de Nabil Fekir ce samedi au Groupama Stadium. Pourtant, ​l'OL avait la possibilité de se mettre à l'abri après la défaite des Marseillais à Bordeaux. Mais comme souvent, le club présidé par Jean-Michel Aulas s'est illustré d'une triste façon face à un public au bord de la rupture. 


Le coup de maître d'Antoine Kombouaré


En difficulté en championnat avec cette place de lanterne rouge, les coéquipiers de Florent Balmont ont réussi une incroyable performance de venir chercher les trois points sur la pelouse du troisième de Ligue 1. Avec beaucoup de réussite certes, les Dijonnais ont livré une bataille surprenante pour aller chercher cet incroyable exploit, grâce à un pressing constant et des contre-attaques rondement menées. 

Malgré une fragilité de la défense lyonnaise et une possession largement en leur défaveur, ​le DFCO n'aura jamais abdiqué dans une rencontre où ils n'auront jamais été réellement inquiétés. 


Désormais 18e, Antoine Kombouaré peut préparer sereinement l'opération maintien avec quelques garanties et de belles promesses en poche. 


Mais où est passée la défense lyonnaise ?


Alors que Marcelo avait déclaré en milieu de semaine connaitre une baisse de régime suite à des problèmes personnels, les défenseurs lyonnais ont une nouvelle fois pris l'eau au bout de sept minutes de jeu dans un match pourtant à leur portée. 


Tout a mal commencé juste après l'ouverture du score de Martin Terrier (1e) quand Wesley Said est venu tranquillement reprendre un ballon dans la surface de réparation (3e). Libre de tout marquage, l'attaquant dijonnais ne s'est pas fait prier pour venir tromper Anthony Lopes au premier poteau. 

Quatre minutes seulement après l'égalisation, Wesley Said a une nouvelle fois profité des grandes largesses défensives de Rafael qui aura été en grande souffrance ce soir, pour doubler la mise sur une frappe déviée de Marcelo. 


Depuis le début de la saison, l'OL a concédé 63 buts en 46 rencontres toutes compétitions confondues. Une statistique qui met en lumière la passivité de la défense lyonnaise qui devra revoir son plan d'approche avant deux confrontations décisives face à Marseille et LIlle. 


Un manque flagrant d'efficacité


Problème récurrent à Lyon, les hommes de Bruno Genesio ont cadré seulement six frappes sur les 27 tentées pendant la rencontre. Il s'agit tout simplement du deuxième pire ratio à domicile depuis le début de la saison après la rencontre face à l'OGC Nice. 


Il faut dire que ce manque de réalisme face au but ne date pas de la semaine dernière alors que les Lyonnais continuent de vendanger d'énormes occasions à l'image de la tête de Moussa Dembélé ou encore le face à face perdu de Maxwell Cornet. 

Un constat alarmant qui met en exergue les difficultés des attaquants lyonnais à finir leurs actions à des moments clés. Et ce ne sont pas les entrées nonchalantes de Tanguy Ndombele ou de Bertrand Traoré qui vont remédier au problème.


Une fracture avec le public lyonnais


La statistique a de quoi effrayer et pourtant l'OL n'a remporté que 11 de ses 23 rencontres à domicile cette saison. Une situation effarante donc qui a vu le public lyonnais scander en fin de match les Dijonnais avant de conspuer les récupérations de balle de leurs propres joueurs. 


Dans un climat délétère marqué par l'indécision du club lyonnais à prolonger leur entraîneur, les Bad Gones (virage nord) n'ont pas hésité à déployer des banderoles hostiles à l'attention des joueurs dans l'espoir de provoquer un déclic. 

Alors que l'OL pourrait voir l'ASSE revenir à seulement quatre points de la troisième place, qualificative pour les barrages ou pour les phases de poules de la Ligue des Champions (si le vainqueur de l'UEL est qualifié en LDC dans son championnat), le club rhodanien vient de définitivement entrer dans une période de crise voire de contestation qui pourrait plomber la fin de la saison. 


La blessure de Jason Denayer pour couronner le tout


Blessé en toute fin de rencontre après une énorme semelle d'un Dijonnais dans la surface de réparation après une tentative de bicyclette, l'international belge a du laisser ses partenaires à dix malgré l'intervention des soigneurs. 

Boitillant et dans l'incapacité de reprendre sa place, Jason Denayer qui représente actuellement la seule garantie dans le secteur défensif devrait passer des examens complémentaires demain dans la journée. Une mauvaise nouvelle pour tout un club alors que le sprint final est lancé.