Arsenal n’aura pas beaucoup de moyens pour recruter cet été. C’est pour cela que l’ancien entraîneur du PSG Unai Emery vise un jeune Parisien issu du centre de formation.


Unai Emery le sait, son enveloppe pour le mercato sera maigre. Et il va donc falloir être dans les bons coups, et recruter intelligemment. En effet, le club londonien ne disposera que de 45 millions d’euros pour se renforcer cet été. C’est une somme que ne permettra pas de recruter une superstar, ni de se positionner sur plusieurs dossiers. Les bons plans seront alors de mise. C’est pour cela que l’entraîneur des Gunners souhaite attirer dans ses rangs un joueur issu du centre formation parisien.


Il devient de plus en plus difficile pour les jeunes du Paris Saint-Germain de s’imposer en équipe première. Voilà pourquoi ces joueurs seront relativement bon marché. Ainsi, Colin Dagba, Stanley Nsoki, ou Moussa Diaby pourront être courtisés par des clubs en manque de moyens, et qui cherchent à miser sur l’avenir.


Mais selon le média britannique Football London, le jeune qui intéresse spécialement l’ex-coach de Séville, c’est Christopher Nkunku. Alors qu’il est seulement âgé de 21 ans, il effectuer pourtant sa quatrième saison parmi l’équipe une du PSG. Cette année, malgré la rude concurrence au milieu de terrain, il a déjà participé à 18 matchs de Ligue 1, pour 3 réalisations et 2 passes décisives.



Ce titi est arrivé dans le club de la capitale en 2010. Et Nasser Al-Khelaïfi a toutes les raisons de le laisser partir au prochain mercato. En effet, avec le fair-play financier, Paris doit vendre. Et puis son contrat se termine en 2020. Pour éviter toutes situations semblables à celles que vit Adrien Rabiot depuis quelques mois, il serait préférable d’anticiper son départ. 


De plus, son estimation n’est pas à négliger, puisque selon le site Transfertmarkt, chargé d’estimer la valeur marchande des joueurs de football, Nkunku vaudrait pas moins de 12 millions d’euros. Une somme qui pourrait s'avérer bien supérieur, et qui apporterait une marge de manœuvre supplémentaire pour contourner les règles de fair-play financier.