Nicolas Pépé est l’une des révélations de cette année en Ligue 1. Si bien que l​’Olympique Lyonnais a tenté des approches, en vain. Le Lillois explique pourquoi il a refusé le club rhodanien.


Nicolas Pépé, à l’image du ​LOSC, réalise une saison époustouflante. L’international Ivoirien en est déjà à 17 buts et 8 passes décisives cette saison en 29 matchs, ce qui fait de lui le second meilleur buteur et passer du championnat. L’ailier droit est devenu indispensable dans le 11 de son entraineur Christophe Galtier, puisqu’il est directement impliqué dans pas moins de 55% des buts Lillois. Les Nordistes sont actuellement deuxièmes avec 57 points au compteur, soit 4 points devant ​l’OL, troisième.



En multipliant les bonnes performances, les courtisants sont devenus plus nombreux, plus prestigieux, et forcement plus offrant. Ainsi, ​Lyon a tenté lors du ​mercato hivernal de s’approcher de l’homme en forme des Dogs. Invité à s’exprimer sur le plateau du Canal Football Club, il a expliqué ce qu’il l’a poussé à décliner l’offre de Jean-Michel Aulas.


“Non, je n’ai pas hésité. Au tout début de la saison, j’ai eu une discussion importante avec le coach, où je lui ai donné ma parole que j’allais rester encore une saison. Je suis quelqu’un qui marche beaucoup à la parole et j’ai tenu cet engagement-là malgré l’offre de l’Olympique Lyonnais, que j’ai déclinée. C’est un choix que je ne regrette pas du tout. (...) Quand je commence un truc, j’aime bien le terminer et pour l’instant avec Lille, c’est ce que j’essaye de faire au maximum, aider cette équipe. Pour moi, partir en hiver est inacceptable.”


Pour rappel, Pépé avait été acheté dix millions en 2017 à Angers. Mais grâce à sa saison plus que correct l’année dernière (38 matchs toutes compétitions confondues, 14 buts, 2 dernières passes), et celle qu’il est en train de réaliser, sa valeur marchande a beaucoup augmenté. Selon le site Transfermarkt, chargé d’estimer les joueurs de foot, l’Ivoirien aux 11 sélections (3 buts) vaudrait aujourd’hui 40 millions d’euros. Mais il pourrait partir à beaucoup plus si les prétendants sont nombreux.