La Coupe du Monde demeure pour beaucoup de fans de football la plus belle compétition de notre sport favori. Ces derniers jours, il semblerait quasiment officiel que la prochaine édition qui se déroulera au Qatar en 2022 se disputera entre 48 nations. Une première qui divise la communauté footballistique mondiale. L'édition 2026 en Amérique du Nord est quant à elle d'ores et déjà actée à 48 pays. Alors, pour ou contre cet élargissement notable à seize nouveaux participants ? On vous expose les arguments des deux camps.


POUR 


Il s'agit comme l'indique sa dénomination de la Coupe du Monde et il est donc logique d’ouvrir la compétition à un maximum de nations possible. 


Pour la ​FIFA et les nations nouvellement engagées, l'aspect financier est évidemment primordial. Avec l’élargissement, de nouveaux marchés ouvriraient grands leurs bras, les droits TV augmenteraient pour tout le monde et les petites nations footballistiques pourraient développer ce sport sur leur territoire.


Un Mondial à 48 ne rallongerait pas tant que cela la compétition, d'une semaine environ. 


La beauté du foot, c'est l’opposition des cultures et des styles de jeu : un Mozambique-Mongolie, c'est quelque part la quintessence de la découverte sportive.


Cela singerait peut-être la fin de la prédominance de l'Europe et de l'Amérique du Sud, qui trustent pas mal de places disponibles.


L'Italie pourra à nouveau participer au ​Mondial.


CONTRE


FBL-USA-FIFA-COUNCIL

Cela va faire trop de matchs et du même coup beaucoup de rencontres sans intérêt. Sans manquer de respect aux pays concernés, un Turkménistan-Nouvelle Zélande à 13 heures...On aime le foot, mais il y a des limites ! Autant regarder la Ligue 2 bolivienne. 


Un passage à 48, c'est marquer la fin du caractère sacré de la Coupe qui met aux prises les meilleurs joueurs et nations du monde. C'est un nivellement par le bas ! 


La vraie équité, ce serait de définir le même nombre de nations par continent, à la rigueur.


Quid du format de la coupe ? Avec une mouture à seize groupes de trois équipes, la compétition va perdre en lisibilité.


Cela va réduire la possibilité pour certains pays d'organiser la compétition. Quelle nation est en mesure de prendre en charge autant de matchs sur de nombreux sites différents ? Rien que pour la CDM 2022, le Qatar semble dans l'impossibilité de faire les choses seul. Quand on connait les ressources économiques du pays...


BILAN 


Il est donc difficile de se prononcer catégoriquement sur ce changement notable dans l’organisation de la ​Coupe du Monde. Chacun saura se faire son avis sur la question. Dans tous les cas, si la FIFA en décide ainsi, personne ne peut s'y opposer...