Suite au jet de pétard survenu lors de la réception de Lille, ​la LFP avait sanctionné l'​OM d'un match à huis clos total face à Bordeaux, ce dont s'était insurgé le président marseillais, qui s'est exprimé dans les médias sur cette affaire. 


Victorieux sans ses supportes mardi face aux Girondins (1-0), les Marseillais n'en avaient pas pour autant oublié la sanction de la LFP, jugée trop sévère selon eux. Suite à la rencontre, Jacques-Henri Eyraud est revenu sur cette décision devant les médias, fustigeant le manque de solution de la Ligue face à ces problèmes. Ayant eu vent des propos du président de l'OM, Didier Quillot, dirigeant à la Ligue, lui a répondu sur RMC.


"Les affaires de sécurité publique et de sécurité de nos joueurs sont trop importantes pour débattre au débotté par médias interposés. Nous nous expliquerons avec Jacques-Henri Eyraud lors du prochain bureau de la Ligue."


S'estimant trop souvent lésés par les décisions arbitrales, les ​Marseillais ont eu d'autant plus de mal à accepter cette sanction, qui n'aura finalement fait que renforcer les tensions entre l'OM et la LFP. Les deux parties auront donc la mission d'apaiser la situation lors de leur prochaine rencontre.