Alors que le tirage de Manchester United semblait complètement favorable aux Parisiens au mois de décembre, le rapport de force s'est finalement rapproché à l'aube de la première manche qui se disputera à Old Trafford le 12 février prochain. 


Manchester est euphorique

Apathiques, ennuyants et au bord du gouffre sous les ordres de José Mourinho, les ​Red Devils ont retrouvé leur football et de la fraicheur depuis le licenciement du Portugais, survenue après la défaite à Liverpool (3-1) le 16 décembre dernier. Ole Gunnar Solskjaer a pris sa succession sur le banc mancunien, et est parvenu à libérer ses joueurs qui enchainent les succès depuis plusieurs semaines. Depuis le départ du Special One, MU a tout simplement remporté 9 de ses 10 rencontres toutes compétitions confondues, avec quelques claques comme à Cardiff (1-5), face à Bournemouth (4-1) ou à Arsenal (1-3). 


Côté parisien, l'équipe n'a jamais semblé autant dans le doute qu'actuellement, puisqu'elle vient de concéder sa première défaite en ​Ligue 1 sur la pelouse de Lyon dimanche soir (2-1). Elle a surtout subi un énorme coup dur avec la nouvelle blessure de Neymar face à Strasbourg, qui empêchera le Brésilien de prendre part à la double confrontation face aux Red Devils. Pas vraiment aidé par un mercato hivernal décousu (seule arrivée de Leandro Paredes) qui a fait naitre des tensions en interne entre Antero Henrique et Thomas Tuchel, mais aussi par les questions qui entourent le cas d'Adrien Rabiot, c'est un ​PSG fragilisé sur le terrain et en coulisses qui se présentera face aux Mancuniens dans quelques jours. 


En plus de Neymar, un effectif parisien encore incomplet 

Acheté au Barça pour justement faire passer un cap au PSG en Ligue des Champions, ​Neymar manquera pour la deuxième année consécutive les huitièmes de finale après son absence face au Real Madrid la saison passée. Si les Parisiens ne sont généralement pas épargnés par le sort dans ces grandes affiches, ils se sont eux-mêmes tirés une balle dans le pied avec une gestion désastreuse de son effectif ces derniers mois, principalement au milieu de terrain. 


La compétitivité parisienne à Old Trafford dépendra grandement des joueurs disponibles dans ce secteur de jeu. Alors que Leandro Paredes ne sera peut-être pas encore prêt pour un match de cette intensité, le cas de Marco Verratti pose aussi question puisqu'il vient seulement de reprendre l'entraînement après avoir été arrêté plus de deux semaines pour une entorse à la cheville. Enfin, vient l'interrogation concernant Adrien Rabiot, dont la réintégration dans l'effectif est largement débattue en interne et pourrait avoir de l'influence sur ces huitièmes de finale. 


Le rapport de forces entre le PSG et Manchester sera donc grandement impacté par les milieux qu'alignera Tuchel à Old Trafford. Entre le trio Verratti - Paredes - Rabiot et celui aligné à Lyon, à savoir Marquinhos - Draxler - Di Maria, qui a été complètement étouffé dimanche, il existe un monde d'écart qui pourrait bien avoir de lourdes conséquences pour la suite de la saison parisienne. 


Le PSG est intrinsèquement meilleur 

Si l'absence du meilleur joueur parisien change évidemment la donne, les supporters de la capitale peuvent se consoler en se rappelant qu'ils disposent d'autres joyaux dans son effectif. Quatrième au classement du dernier Ballon d'Or, ​Kylian Mbappé a la capacité de faire basculer ce genre de rencontre, comme il l'avait fait avec Monaco il y a deux saisons, ou avec l'Équipe de France lors de la Coupe du Monde. 


Outre le prodige français, le ​PSG pourra compter sur Gianluigi Buffon, Thiago Silva, Marco Verratti (si présent), Edinson Cavani ou Angel Di Maria, soit autant de joueurs d'expérience ​capables de gestes décisifs dans ces matchs pour prendre le dessus dans ce duel. Si les Mancuniens disposent eux aussi d'éléments de niveau international avec David de Gea, Paul Pogba, Romelu Lukaku ou Marcus Rashford, l'effectif parisien reste supérieur en terme de qualité et n'aura donc aucun complexe à faire au Théâtre des Rêves la semaine prochaine.