​Le marché hivernal des transferts est loin d'être rocambolesque vers la Canebière. Du côté des arrivées on recense tout de même celle de Mario Balotelli bien-sûr, mais aussi le jeune Yusuf Sari de retour de prêt. Du côté des départs deux joueurs sont prêtés : Kostas Mitroglou et Christopher Rocchia. De quoi satisfaire les supporters ? 


Mieux que rien

L'Olympique de Marseille a réussi une partie de sa mission. L'une d'elles, trouver un autre buteur pour palier le manque de réussite des deux autres attitrés, et se séparer de l'un d'eux : Valère Germain ou Kostas Mitroglou. C'est le second qui a donc plié bagage en direction de Galatasaray en prêt jusqu'en 2020. C'était annoncé comme une des mesures du club, et elle a été appliquée. De quoi alléger la masse salariale.

​Justement, toujours dans ce registre, une autre mission consistait à se débarrasser d'au moins un joueur de la liste des indésirables à faible valeur marchande. Si rien n'a été fait, il est encore possible de se séparer de
Gregory Sertic qui pourrait rejoindre un club croate, Hajduk Split. Les discussions seraient en bonne voie et le mercato en Croatie dure jusqu'au 15 février, de quoi laisser le temps à l'OM de négocier une prise en charge du salaire du joueur par le club d'Europe de l'est. Si cela s'avère être le cas, Marseille aurait réussi un autre de ses plans.


Enfin l'équipe ne s'est pas affaiblie (c'est la moindre des choses !) en ne perdant aucun joueur indispensable de l'effectif. Dimitri Payet avait reçu des appels du pied en provenance de Chine mais il est resté au club. Bien qu'étant en grande difficulté cette saison, ce n'est pas une mauvaise chose car peu de solutions existent à son poste.  


Un mercato insuffisant

Mais tous les postes défaillants n'ont pas été comblés. C'est le cas ​du poste d'arrière-gauche, qui aurait dû être une priorité. Jordan Amavi doit souffler car ses prestations ne sont pas bonnes : il ne sait pas lâcher son ballon au bon moment pendant les phases offensives et laisse trop d'opportunités à l'adversaire dans les situations défensives. Le retour d'Hiroki Sakai de Coupe d'Asie pourrait aider un peu l'équipe avec Bouna Sarr capable de jouer latéral également. Néanmoins c'est encore une fois du ​bricolage tactique

​Mais surtout et c'est un constat général : le casse-tête en défense n'a toujours pas été résolu ! 
​En plus du poste de latéral gauche, c'est toute une défense qui est aux abois à l'OM avec beaucoup trop de buts concédés depuis le début de la saison. Marseille avait même ​battu un record en devenant la première équipe des grands championnats d'Europe à atteindre la barre des 80 buts encaissés en 2018 ! Le problème n'est toujours pas réglé, notamment au niveau de la charnière centrale et c'est dramatique. Comment espérer que le club aille mieux défensivement s'il décide de repartir exactement sur les mêmes bases pour la seconde partie du championnat ? A moins d'une révélation derrière et d'une complémentarité qui prend naissance, difficile d'être optimiste à ce niveau là. 

​Enfin des questions subsistent toujours. Les problèmes à certains postes chamboulent tout et obligent parfois des joueurs comme Luiz Gustavo, meilleur au milieu, à dépanner en défense en laissant sa place dans l’entre-jeu à un joueur moins performant. C'est exactement ce qui déséquilibre une équipe.
​Enfin, reste à espérer que l'OM se soit séparé du "bon" attaquant. Valère Germain a peut-être un profil de second attaquant pour venir épauler quelquefois Mario Balotelli mais cela reste à prouver car le buteur français n'a rien montré de positif depuis bien longtemps cette saison. 


 

L'Olympique de Marseille a réussi quelques-unes de ses manœuvres durant ce mercato d'hiver. Si c'est mieux que rien, tout est loin d'être parfait. Déjà très fébrile, le club n'a même pas renforcé son arrière-garde alors qu'il s'agit d'un de ses plus gros points faibles. Difficile, encore une fois, d'imaginer l'OM rivaliser avec les pus gros du championnat français et se qualifier pour la Ligue des Champions... Ce qui est dramatique pour le futur et l’attractivité du club.