​En grand manque de milieux de terrain et pour le moment sans nouvelle recrue dans ce secteur de jeu, Thomas Tuchel est amené à expérimenter de nouveaux postes à ses joueurs, et notamment à Dani Alves qu'il a plusieurs fois installé dans l'entrejeu ces dernières semaines. 


Le Brésilien est un pur latéral droit 

Si ce replacement permet au technicien allemand de trouver une solution à court terme pour équilibrer les temps de jeu de ses joueurs et garder un ​PSG ultra compétitif, elle semble être totalement par défaut et connait plusieurs limites. Premièrement, le Brésilien est l'archétype du latéral droit, poste auquel il a démontré son talent depuis de nombreuses saisons. Agressif sur le plan défensif, précis dans les centres et souvent auteurs de montées dangereuses pour la défense adverse, il est presque dommage de s'en priver à ce poste tant il en a la maitrise. 


De plus, l'ancien barcelonais n'a jamais été installé au milieu de terrain à plus ou moins long terme. Si son expérience et sa qualité technique lui permettent de faire des prestations satisfaisantes en championnat face à de petites équipes, il serait plus risqué de le voir à ce poste lors des grandes affiches de ​Ligue des Champions, où le rythme et l'intensité sont bien plus importants, dans le coeur du jeu en particulier. 

Ce n'est pas une solution d'avenir

Âgé de 35 ans et en fin de contrat avec le ​PSG en juin prochain, Dani Alves ne représente clairement plus l'avenir dans le club de la capitale. L'installer à un nouveau poste, alors qu'il est en fin de carrière et devrait quitter ses partenaires d'ici peu​, semble contre-productif. De retour d'une longue blessure au genou, le Brésilien ne retrouvera peut-être pas toutes ses capacités, à un âge où la condition physique se détériore déjà naturellement. 


Mettre en lumière des jeunes joueurs comme Christopher Nkunku ou Yacine Adli serait alors certainement plus malin, non seulement pour construire l'avenir du PSG mais aussi donner un élan de fraicheur supplémentaire à l'équipe, qui va voir arriver de grosses échéances en seconde partie de saison. Tuchel aura en effet besoin d'un effectif au complet pour jouer tous les coups à fonds, en Ligue des Champions notamment. 

Stop au bricolage 

Enfin, depuis son arrivée, Thomas Tuchel a plusieurs fois montré son imagination en mettant en place de nouveaux schémas tactiques et en plaçant ses joueurs à de nouveaux postes, soit par manque de choix, soit pour se donner de nouvelles alternatives au cours d'un match. Si les choix du technicien allemand s'avèrent pour le moment payant, un trop grand chamboulement pourrait aussi se retourner contre lui un jour ou l'autre, d'où la nécessité de rester mesuré dans ces changements. 

Par exemple, imaginer une paire Marquinhos - Dani Alves en huitième de finale face à Manchester United ne serait peut-être pas ce qu'il y a de plus sécurisant au milieu de terrain. On en arrive donc à l'absolu besoin des ​Parisiens de recruter dans ce secteur de jeu afin d'avoir une équipe plus équilibrée, avec plusieurs choix à chaque ligne. 

Pout cette seconde partie de saison parisienne, installer Dani Alves au milieu de terrain ne ressemble donc pas à une bonne idée, si ce n'est pour dépanner en cours de match en championnat. Pour les gros affiches, cette alternative montre trop de limites et il serait plus juste de l'utiliser à son poste de prédilection, sur le côté droit de la défense.