​En marge de la rencontre entre le PSG et Nantes le 22 décembre dernier, plusieurs membres des Parias Cohortis ont craqué une centaine de fumigènes dans l'enceinte du Parc des Princes. 


En attendant des sanctions de la Ligue, le Paris Saint-Germain a pris les devants en délivrant quelques mesures exceptionnelles pour sanctionner ses supporters. 


​Le PSG compte bien durcir le ton après les évènements qui ont émaillé de la rencontre face aux canaris. Les membres du Parias Cohortis, qui célébraient à l'occasion leur cinquième anniversaire, ont allumé plus d'une centaine de fumigènes au Parc des Princes. Un geste répréhensible par la Ligue de Football Professionnel qui en a fait un combat personnel. 

Selon des informations du journal l'Equipe, les dirigeants parisiens ont décidé de taper fort en sanctionnant les principaux protagonistes. Le PSG a fait savoir que les aides allouées pour le déplacement à Manchester, seront supprimées. Par ailleurs, la composante du CPU (Collectif Ultras Paris) est interdite de stade jusqu'à fin janvier en réponse aux débordements. Les membres seront également privés d'accès aux tribunes les veilles de match pour préparer les tifos. 


Pour mieux prévenir de ces incidents, des fouilles approfondies seront effectuées à l'entrée du virage Auteuil alors que le club parisien aurait déjà suspendu l'abonnement d'un supporter, placé en garde à vue après le match face à Nantes. 

Si ses mesures restent propres à la politique du club, elles n'empêchent en aucun cas l'instruction du dossier par des institutions compétentes qui pourraient prononcer des sanctions complémentaires plus importantes (amende, huis clos partiel, interdiction de stade...)