Buffon (6) : Peu de travail, comme souvent au Parc des Princes. Mais il fut bien fait, une nouvelle fois, aussi bien sur le centre vicieux de Lucas Lima (35ème) que la demi-volée surpuissante de Kara Mbodji (50ème).


Meunier (4) : Indéboulonnable en début de saison, il va désormais devoir cravacher s'il souhaite rattraper Thilo Kehrer et Daniel Alves dans la hiérarchie des latéraux parisiens. Il n'est en tous cas pas dans la forme de sa vie. Sa prestation du soir, dénudée de justesse, est venue le confirmer.


Thiago Silva (6) : Impérial, "O Monstro" confirme son retour au premier plan. Défensivement, il ne fut jamais dépassé. De l'autre côté du terrain, sa déviation de la tête a permis à Mbappe de trouver l'ouverture (68ème).

Paris Saint Germain v Nantes - French League 1

Kimpembe (6) : Solide, le jeune défenseur international conclut de belle manière une demi-saison durant laquelle son niveau a souvent été remis en question, au contraire de son statut et de la confiance de son entraîneur. Ce qui demeure le plus important.


Bernat (7) : Arrivé sur la pointe des pieds à la toute fin du mois d'Août, puis franchement chahuté lors de ses premières sorties, il a gagné en confiance depuis. Au point que s'essayer aujourd'hui à une comparaison technique avec Maxwell ne soit pas usurpé.


Verratti (7) : Le lutin italien n'avait peut-être pas mesuré la menace que constituait René Khrin, impérial dans l'entrejeu nantais. Mais il n'a cessé pour autant de chercher les intervalles et de s'arracher, comme sur sa presque passe-décisive pour Draxler (58ème). Bien lui a pris, par ailleurs, de préférer le décalage à la frappe, même lorsqu'il fut idéalement placé. Car c'est comme cela qu'on l'aime, notre Marco.

Marquinhos (7) : Son nouveau positionnement regorge de bienfaits pour son équipe. Grâce à lui, Kimpembe et Thiago Silva n'hésitent plus à gagner du terrain quand ils le sentent. Grâce à lui, les solutions de relance se diversifient. Grâce à lui, le PSG a retrouvé de la consistance et récupère plus de ballons. Hybride, certes. Il brille, surtout.

Di Maria (6) : Le cadre s'est longtemps refusé à lui, bien qu'il fut le parisien le plus entreprenant. Il a finalement réglé la mire en bottant le corner décisif. À quelques centimètres près, il aurait même pu parfaire son bilan comptable déjà probant de l'année 2018. 


Draxler (6) : Intéressant techniquement, l'Allemand aurait pu être récompensé par un but opportuniste. Mais la VAR a rétabli l'ordre, sans que l'on en oublie pour autant la prestation aboutie de l'ancien de Wolfsburg.


​Mbappe (6) : Dans douze mois, il pourra enfin jouer les vieux briscards et affirmer qu'il n'a plus vingt ans. En attendant, bien que le lui rappeler le dérange, il reste un jeune joueur perfectible techniquement, mais au combien déséquilibrant pour les défenses adverses et les tableaux d'affichage. Vis ma vie de meilleur buteur de Ligue 1. 

FBL-FRA-LIGUE1-PARIS-NANTES

Cavani (4) : Un match pénible pour le Matador, qui fut aussi peu servi qu'inspiré dans la surface. Généreux, il laissa les dernières miettes de pain à Eric Choupo Moting, qui eut bien plus d'occasions en dix minutes que l'Uruguayen en quatre-vingt. Sans plus de réussite.