FBL-EUR-C1-LYON-BARCELONA

Ligue des Champions : Les 5 raisons de croire que Lyon peut éliminer le Barça

Les Lyonnais ont probablement hérité du pire tirage possible en huitièmes de finale de la Ligue des Champions. Sept ans après leur dernière présence à ce stade de la compétition, les hommes de Bruno Genesio vont se frotter à une armada de stars, dans une double confrontation qui s'annonce étincelante. 


Réputé pour être une équipe compétitive lors des grandes rencontres, l'OL aura l'occasion de montrer à toute l'Europe son potentiel offensif et pourquoi pas faire chavirer une fois plus le cœur des Lyonnais.   

5. Un passé européen brillant

Difficile aujourd'hui de s’imaginer que l'OL aurait pu soulever la Ligue des Champions dix ans en arrière et pourtant, les coéquipiers de Juninho présentaient le principal danger sur la scène européenne. Parlez-en au grand Milan AC lors d'un quart de finale retour mémorable à San Siro en 2006 alors que les Lyonnais étaient à la porte des demi-finales à trois minutes du terme. 


Ou encore de ce quart de finale tragique face au PSV Eindhoven (2004-2005) qui aurait dû permettre aux Gones de rallier le dernier carré sans cette énorme faute d'arbitrage et un pénalty non sifflé sur Nilmar. Qu'on se le dise, l'Olympique Lyonnais a cet ADN de la Ligue des Champions dans le sang. 

4. La double confrontation face à City

Véritable référence en Europe, Manchester City a chuté à la surprise générale dans son propre stade face à l'Olympique Lyonnais malgré son statut de grand favori. Ce soir là, les Lyonnais se sont surpassés dans l'engagement et l’abnégation assénant un grand coup derrière la tête aux hommes de Pep Guardiola, défaits pour la première fois à l'Etihad Stadium depuis un bon petit moment. 


Mais sans être totalement rassasié et pour démontrer que le match aller n'était pas un simple contexte de réussite, l'OL a de nouveau enclenché la seconde pour mettre à mal la défense des Citizens au Parc OL. Et si les Lyonnais auraient pu espérer un meilleur résultat que le nul, le club rhodanien a envoyé un message fort à la concurrence en Europe. 

3. Le Real Madrid a lui aussi souffert

Les Galactiques, des noms pimpants et finalement quelques déculottées, le Real Madrid s'est souvent heurté à l'OL en Ligue des Champions, et garde un très mauvais souvenir de ses déplacements au Stade de Gerland. Invaincus pendant près de six rencontres face à la maison blanche (avant de s'incliner 4-0), les coéquipiers de John Carew ont infligé plusieurs corrections au Real à la maison notamment lors d'un 3-0 plié en une seule petite période face aux coéquipiers de Zinédine Zidane. 


Et oui, l'OL c'était aussi ça entre 2004 et 2006. Une équipe composée des plus grands joueurs du monde et qui a réussi à faire trembler un monument du football. Pour une nouvelle répétition générale face au rival blaugrana ? 

2. L'OL se surpasse face aux gros

Étrangement, les Lyonnais réalisent de grandes prestations quand l'enjeu devient plus fort. Alors, simple manque de motivation pour les matches face aux petites équipes, ou une envie décuplée dans les grosses affiches, l'OL reste une équipe mystérieuse qui montre parfois son meilleur visage quand elle est au pied du mur. 


Alors oui, il est vrai que cette équipe agace au plus haut point, comme elle peut faire rêver par courts instants. C'est aussi ça la magie de la Coupe d'Europe, des matches d'anthologie qui font basculer parfois un club dans une autre dimension. 

1. Un bilan honorable à domicile face au Barça

Si les Lyonnais n'ont pas remporté la moindre confrontation face au FC Barcelone, l'OL peut se vanter d'avoir tenu en échec le club catalan à deux reprises à domicile, au stade de Gerland dont l'une en huitième de finale aller de la LDC en 2008-2009. 


Le bilan ne laisse pourtant pas place à l'optimisme avec quatre défaites en six rencontres face aux Blaugrana. Mais pour y parvenir, l'OL pourra toujours compter sur ses supporters à la maison, toujours prêts à donner de la voix et sur son stade "connecté" qui pourrait donner quelques idées aux joueurs lyonnais.