A Marseille, les saisons se suivent mais ne se ressemblent pas. Les supporters de l'Olympique de Marseille ont l'habitude de vivre les montagnes russes émotionnelles. Oui mais voilà, cette saison est un creux monumental qui contraste avec l'arrivée récente de nouveaux investisseurs qui sont venus plein de promesses dans leurs valises. 


L'OM ne parvient pas à retrouver la régularité nécessaire à la prétention d'une place sur le podium. L'OM Champion's Project semble être un échec total mais à qui la faute ?


Franck Mc Court

Franck Mc Court a racheté l'Olympique de Marseille en 2016. Un rachat qui était le bienvenu étant donné l'incompétence et l'impopularité de Margarita Louis-Dreyfus et de Vincent Labrune. L'énorme erreur qu'a fait l'investisseur américain est d'arriver avec un grand projet qu'il a nommé "l'OM Champion's Project" et de promettre bien trop de choses. 


Cette opération séduction l'oblige à obtenir des résultats rapidement et l'expose à des critiques en cas de période comme celle que vit actuellement l'​Olympique de Marseille. Nasser Al-Khelaïfi a fait la même erreur en promettant une Ligue des Champions rapidement à ses supporters. Cette mauvaise communication fait passer un projet en construction pour un échec total avant même que celui-ci n'ai le temps de se mettre en place.


Jacques-Henri Eyraud

Jacques-Henri Eyraud est le président de l'Olympique de Marseille. Il décide donc de qui fait quoi dans le club à la manière d'un chef d'entreprise. C'est donc de sa faute si la gestion du club n'est pas optimale et elle est loin de l'être. En effet, les postes sont liés à des activités qui ne sont pas respectées à l'OM.


Par exemple, Rudi Garcia n'est que l'entraîneur de l'équipe marseillaise. Il devrait se contenter de son travail de coach. Au lieu de cela, le technicien français a tout pouvoir sur la cellule de recrutement. Du coup, le recrutement de l'OM n'est pas bon. Et oui monsieur Garcia, chacun son métier !


Andoni Zubizarreta

Andoni Zubizarreta, le directeur sportif du club phocéen, est l'un des principaux responsables de la situation actuelle à Marseille. Dans un premier temps, il est le co-responsable du recrutement désastreux de l'OM. Depuis qu'il est au club, Kostas Mitroglou, Aymen Abdennour, Jordan Amavi ou encore Patrice Evra on été recruté. Cela suffit à faire oublier les quelques gros coups qu'il a réalisé.


De plus, le directeur sportif est l'un de ceux qui négocie les salaires des joueurs avec leur agent. Il a donc fait une grosse erreur en accordant un salaire aussi élevé à Kevin Strootman et Duje Caleta-Car qui étaient mieux payés que les cadres de l'équipe avant même de fouler la pelouse du Vélodrome pour la première fois. Une erreur qui créé des tensions qui ne facilitent pas le travail de l'entraîneur.


Rudi Garcia

Rudi Garcia est un homme sûr de lui et très têtu. Alors qu'il est clair que ses méthodes de travail ont arrêté de fonctionner, le coach marseillais s'obstine malgré les revers en ​Ligue 1 et en Europa League. Il ne se remet jamais en question et trouve toujours une raison de reporter la faute sur un autre.


Comme au LOSC puis à la Roma, il semblerait que son aura et son autorité sur le vestiaire s'essouffle après deux belles saisons. Mais pour le technicien auteur d'une communication désastreuse, tout est une question de quantité de travail et non de méthode. S'il est un bon tacticien, Rudi Garcia n'apporte aucune sérénité à son groupe et peine à apaiser les tensions.


Les cadres

Quand une équipe ne va pas bien, les cadres sont censés hausser le niveau et tirer leurs partenaires vers le haut pour faire ressortir le meilleur d'eux-même. Ce n'est clairement pas ce que l'on voit de joueurs comme Kevin Strootman, Luiz Gustavo, Dimitri Payet, Steve Mandanda ou encore Florian Thauvin qui se mettent au niveau de leur équipe. En plus de ne hausser q'un tout petit peu le niveau, leur attitude est déplorable puisqu'ils semblent résignés et abattus.


Les avants-centres 

Que ce soit Kostas Mitroglou ou Valère Germain, les deux attaquants de pointe de l'Olympique de Marseille ne sont clairement pas au niveau. Qu'ils ne soient pas au niveau européen ou au niveau des trois premiers du championnat de France n'est pas une surprise. Le problème c'est que, cette saisons, les deux numéros 9 n'ont même pas l'air d'avoir le niveau de la Ligue 1. L'avortement du transfert de Mario Balotelli cet été a peut être été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de ce projet qui bat de l'aile.


En clair, tout le monde a sa part de responsabilité. Chacun devrait rester à sa place et prendre ses responsabilités pour redresser la barre au lieu de sombrer dans le négationnisme et la résignation.