L’Olympique de Marseille traverse actuellement une phase difficile marquée notamment par une élimination prématurée en Ligue Europa. Mais, en championnat, la situation n'est guère plus reluisante et les Phocéens ne parviennent pas à enrayer la spirale négative. L'ambiance dans le vestiaire n'est pas au beau fixe et les cas Kevin Strootman et Adil Rami cristallisent les critiques.


La crise couve sur la Canebière. Après l’humiliation subie à Francfort (4-0), l’​OM n’a pas su se relancer en Ligue 1 et reste sur deux contre-performances (0-0 contre Reims et défaite 3-2 à Nantes). Une situation qui agace fortement Rudi Garcia qui, à l'issue de la défaite à Nantes) n'a pas hésité à critiquer publiquement ses joueurs. "On a pris des buts sur exactement les choses qu’on avait montrées aux joueurs en préparation de match : des centres, des ballons dans notre surface. On est les rois de la stupidité ce soir… C’est à se demander à quoi ça sert de faire des préparations de match ".

Mais, si Rudi Garcia en veut à ses joueurs, la réciprocité serait valable à en croire RMC Sport. Effectivement, certains joueurs seraient insatisfaits des choix de Rudi Garcia en interne. Le vestiaire marseillais aurait tendance à penser que certains éléments bénéficieraient d’un traitement de faveur en raison de leur expérience et de leur ancienneté. 


Le premier visé n'est autre que Kevin Strootman, recruté et été en provenance de l’AS Roma contre un chèque de 25 millions d'euros. Malgré des performances en dents de scie, le Néerlandais figure toujours parmi les premiers choix de l'entraîneur marseillais. Et, son salaire astronomique (6 millions d'euros par an) susciterait les jalousies de Florian Thauvin et Dimitri Payet.

Outre le Néerlandais, Adil Rami agacerait également le vestiaire marseillais. Loin d'être impérial depuis le début de saison, le Champion du Monde tricolore conserve toujours la confiance sans faille de Rudi Garcia. "Quelques joueurs ont droit à plus de jokers. On peut le comprendre vu leur statut, mais il faut aussi accepter que cela fasse grincer certaines des dents", confie un proche du groupe olympien. 


Le mistral à ​Marseille n'a pas balayé que les feuilles. Il a emmené sur son passage l'émulation et l'union qui faisaient la force des Olympiens la saison passée.