​Alors que l'Olympique de Marseille traverse une période difficile après son élimination précocen LiguEuropa, Dimitri Payet a dressé un bilan amer de la situation actuelle du club.


Quatre défaites en autant de matches, toutes compétitions confondues. Voici le bilan peu flatteur de l'​Olympique de Marseille, qui s'est également fait sortir de la LiguEuropa jeudi, après un nouveau revers face à la Lazio Rome (1-2). Une élimination précoce peu reluisante pour le finaliste malheureux de la précédente édition.

Désormais, les hommes de Rudi Garcia peuvent donc se focaliser sur les compétitions nationales, dont la ​Ligue 1 en priorité, afin de décoller de leur actuellet peu flatteusseptième place au classement. Pour se faire, les partenaires de Dimitri Payet vont devoir glaner les trois points face au barragist​Dijon. L'occasion de se racheter devant leur public, qui s'attend à beaucoup mieux de la part de ses troupes.

Car plus que sur le fond, c'est également dans la forme que le collectif olympien peine à convaincre. Très fébriles défensivement - deuxième pire défense du championnat -, les Marseillais peinent aussi offensivement. Un fait que n'a pas pu nier le capitaine des Bleu et Blanc, lors de son passage devant les journalistes. Très cinglant dans son analyse, l'international français a tiré le signal d'alarme.


"Tout le monde en Ligue 1 nous craint moins, et c’est un peu emmerdant. On a une équipe pour faire mieux, mais on ne peut pas en vouloir aux joueurs. On est peut-être prenables, mais on va faire ce qu’il faut pour inverser cette tendance. Je ne pense pas qu’il y ait des comportements individualistes dans le groupe.

Il y a peut-être un manque de caractère. Quand on prend un but, on a tendance à baisser la tête, et c'est un point sur lequel on doit travailler. Il y a pourtant eu une révolte, du jeu, des occasions contre la Lazio Rome. Ça ne se joue pas à grand-chose. Il faut continuer dans ce sens-là.

Il serait temps qu’on ouvre le score dans ces matches, il faut qu’on soit plus réalistes dans les zones de vérité. Après Nice, on ne se posait pas le problème de l’attaquant. Mais à force de serrer les boulons derrière, on en oublie de marquer des buts. C'est l'une des choses à vite corriger".


Pour l'​Olympique de Marseille, ce rendez-vous contre un mal classé sonne donc comme une occasion inespéréd'enfin relancer la machine. En souhaitant à Dimitri Payet que son message soit bien passé. Réponse ce dimanche.