​En réaction aux révélations de Mediapart sur un éventuel fichage ethnique des recruteurs du PSG, le Conseil national de l'éthique (CNE) va se saisir du dossier. 


En accord avec la Ligue de Football professionnelle et la ​Fédération Française de Football, Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP a fait savoir sur les antennes d'Europe 1 ce vendredi, son intention de saisir le CNE en réaction aux récentes révélations mentionnant une catégorisation des jeunes joueurs selon leur origine. 


"Le Conseil va mener son enquête et il appartiendra ensuite aux commissions ad hoc de se prononcer en toute indépendance." 


Nathalie Boy de la Tour a également précisé qu'après examen du dossier, le Conseil aura le pouvoir de saisir la commission de discipline de la LFP pour pouvoir déterminer les suites à donner à cette affaire. 


Pour rappel, entre 2013 et 2018, des recruteurs du ​PSG devaient mentionner dans une case  les origines ethniques des joueurs qu'ils supervisaient. Il suffisait dans cette situation de renseigner la couleur de peau dans des catégories prévues à cet effet. 


Ainsi, toutes les recrues potentielles étaient listées. Un processus qui visait à filtrer en particulier les joueurs d'origine antillaise ou africaine qui "étaient trop nombreux en France" selon les propos de Marc Westerloppe, en charge de la cellule de recrutement des jeunes au PSG.

Passible de cinq années d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende, la direction parisienne qui visiblement n'était pas informée selon les propos du député PS et président de l'association SOS racisme, Malek Boutih, aurait entamé une procédure d'enquête en interne pour faire la lumière sur d'éventuels agissements de ses recruteurs. Le Paris Saint-Germain a également précisé dans un communiqué que "l'enquête interne en cours s'appuie sur un cabinet d'avocats et dont l'analyse approfondie devrait prendre au moins une semaine avant d'avoir des résultats."

Par la même occasion, la Ligue des droits de l'Homme a fait savoir qu'elle déposait "une plainte contre X pour discrimination ainsi que pour collecte et traitement de données à caractère personnel faisant apparaitre les origines raciales ou ethniques." Malik Salemkour, président de l'association a précisé "que certains joueurs auraient été évincés du recrutement au sein du club sur le seul fondement de leur origine ethnique."