​Le géant suédois qui a porté les couleurs du PSG entre 2012 et 2016 s'est confié à l'Equipe Magazine dans une édition à paraître ce samedi. L'ancien Parisien aborde un éventuel retour au club sous certaines conditions. 


Zlatan Ibrahimovic, en pleine promotion de son autobiographie "Le Football, c'est moi", reste fidèle à son personnage dans une interview accordée aux journalistes de l'Equipe. Celui qui porte aujourd'hui les couleurs des LA Galaxy en Major League Soccer est revenu sur ses années parisiennes avant d'aborder un éventuel come-back dans le club de la capitale sous certaines conditions évidemment. 

Toujours aussi modeste, l'ancien milanais reconnait volontiers des contacts avec les dirigeants parisiens qui seraient ouverts à un retour du fantasque suédois.


"Au PSG, ils veulent aussi que je travaille pour le club. Pour quoi faire ? Pour faire ce que je veux ! Parce que si je reviens à Paris, c'est pour être le patron". 


À 37 ans, Zlatan garde toujours la cote​ Outre-atlantique alors que plusieurs cadors européens sont venus aux renseignements pour le rapatrier en Europe. Le Real Madrid ou encore l'AC Milan, son club de cœur, seraient vivement intéressés par son profil. 

Toujours actif dans le monde du football, le natif de Malmö est encore nostalgique de son passage à Paris. Une période de sa carrière où le buteur suédois a enfin pu faire découvrir la légende "Zlatan" aux Français.


"Je suis très heureux d'être allé à Paris. Et le PSG est très heureux que je sois venu, parce qu'avec moi, il a vu quelque chose qu'il n'avait jamais vu avant. Mon dernier match au Parc des Princes ? Je n'ai jamais été aussi ému qu'à cet instant-là. J'ai montré au monde et aux Français que Zlatan avait un grand cœur."


Zlatan a laissé une trace impérissable au ​Paris Saint-Germain entre 2012 et 2016 en inscrivant 156 buts en 180 matches toutes compétitions confondues. Et comme l'a dit un jour un homme : "je suis arrivé comme un roi, je pars comme une légende." Le retour de la légende est donc grandement attendu par les fans parisiens.