Alors quMediapart a dévoilé une sombre affaire de fichagetchnique au sein du Paris Saint-Germain, Jean-Claude Blanc est monté au créneau pour annoncer la riposte du club à venir.


"​Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires, voire pénales. On ne peut pas tolérer que des personnes soient identifiées, recrutées selon leur couleur de peau ou leur origine. C'est consternant. Noël Le Graët et Nathalie Boy de la Tour (président de la FFF eprésidentde la LFP, ndlr) doivent examiner ce dossier dans les plus brefs délais et plus largement, de faire des recommandations pour changer les mentalités et combattre ce type de comportements sur et hors des terrains de sport".


La ministre des sports en personne a réagi. Dans des propos relayés jeudi par RMC, Roxana Maracineanu a en effet exprimé sa colère au lendemain des accusations de Mediapart au sujet d'un probable fichagethnique au sein de la cellule de recrutement et de formation du ​Paris Saint-Germain.

De nouvelles révélations qui font suite à celles sur certaines négociations "cachées" du club de la capitale avec l'UEFA dans le cadre du fair-play financier, ou encore sur le transfert de Kylian Mbappé. Cette fois, c'est Marc Westerloppe, ancien responsable de la cellule de recrutement de l'institution francilienne, qui se retrouve au coeur de la polémique.

Pour rappel, entre 2013 et 2018, le PSG aurait mis en place un fichage ethnique pour répertorier les joueurs selon leur origine. Les jeunes auraient alors été classés selon plusieurs catégories : Maghrébin, Antillais, Africain et Français, précisée dans une case apparaissant sur les formulaires destinés à superviser les futures recrues.

De graves allégations qui ont forcément déclenché de nombreuses réactions au sein de l'écurie de la Ville des Lumières. Parmi elles, celle de Jean-Claude Blanc, qui s'est exprimé au micro du journal Le Parisien, afin d'éclaircir la situation.


"En préalable je souhaite dire le sentiment de trahison qu’éprouve le Paris Saint-Germain. Les valeurs de lutte contre toute forme de discrimination sont celles qui nous habitent depuis longtemps. Nous avons diligenté immédiatement une enquête interne, dès que nous avons appris l'existence de ces fiches il y a un mois.

Cette enquête se poursuit, le club prendra des sanctions contre les salariés qui ont participé à ce fichage absolument inadmissible et envisage aussi de porter plainte contre X, si nécessaire, à l'issue de cette enquête".


Un mauvais coup de pub dont le Paris Saint-Germain se serait très certainement passé en ce moment...