​Depuis quelques années, la direction du PSG et du Barça se livrent une guerre sur tous les fronts. Que ce soit sur le terrain, dans les médias, ou lors des différentes périodes de mercato, les relations sont tendues entre les deux parties.


Entre les deux dirigeants, tout a commencé quand le FC Barcelone a discuté avec l'un des talents du ​Paris Saint-Germain et chouchou du Parc des Princes : Marco Veratti. Une approche de la part du président du Barça qui n'a pas du tout plu à son homologue parisien. Nasser Al-Khelaïfi s'est donc vengé auprès de Josep Maria Bartomeu en recrutant l'une des deux grandes stars de son effectif : ​Neymar.

Avant cela, la rivalité s'est forgée sur le terrain avec pas moins de huit confrontations en cinq saisons entre les deux clubs en Ligue des Champions. En 2013, le PSG avait accroché le Barça 2-2 au Parc puis 1-1 au Camp Nou en quarts de finale mais c'est le FC Barcelone qui s'était qualifié. 

En 2014, chacun avait battu l'autre dans son stade respectif en phases de poule. En 2015, le Barça avait battu le PSG sur le match aller et le match retour des quarts de finale. En 2017, les catalans ont infligé la fameuse Remontada aux Franciliens. Après avoir gagné le match allé des huitièmes de finale au Parc des Princes 4-0, les Parisiens avaient encaissé un terrible 6-1 au Camp Nou.

​​Côté média, on ne compte plus le nombre d'attaques de Bartomeu contre Paris. La dernière en date était en réponse au président parisien qui se plaignait de l'approche cachée du Real envers Neymar. Le président catalan avait rétorqué au micro d'Onda Cero :


"Qu’il arrête de se lamenter. Il faudrait déjà qu’il balaye devant sa porte. Je ne pense pas que le PSG ait payé la clause de Neymar sans lui parler avant. C’est de l’hypocrisie."


L'Equipe nous révèle désormais que le président du club de la capitale a encore de la rancœur envers le ​FC Barcelone. En effet, alors qu'Adrien Tarascon, responsable de l'analyse des données de match au PSG, comptait se rendre au Symposium Sports Technology organisé par le FC Barcelone, il a essuyé un refus de son président.


Le membre de la direction parisienne ne pourra donc pas se joindre aux clubs européens, aux franchises de sports US, aux fédérations et aux sponsors pour la quatrième édition de l'événement. A cause de la rivalité entre les deux clubs, il ne profitera pas des informations dévoilées à propos d'expérience numérique dans le sport, d'analyse des performances et des données ainsi que des nouveaux modes d'innovation dans le sport.


Cette rivalité pourrait bien se réveiller à nouveau lors des prochains mercatos puisque le Barça rêve de recruter Adrien Rabiot.