Au cœur de la polémique depuis le salut nazi d'un de ses membres à City (1-2) et l'édito à l'encontre de​ Marseille, les Bad Gones ont répliqué vendredi soir par le biais d'un communiqué sur les réseaux sociaux. L'association de supporters lyonnais assume.


Si l'​Olympique Lyonnais traverse une très belle période sur le plan sportif, avec notamment trois succès de rang dont l'exploit en ​Ligue des Champions à Manchester City, le club rhodanien fait aussi l'actualité à cause du comportement odieux de ses supporters.

Après le salut nazi d'un membre des Bad Gones du côté de l'Etihad Stadium, le groupe de supporters a fait circuler un édito insultant sur Marseille et ses habitants dans les travées du Groupama Stadium en marge de la victoire sur la formation phocéenne (4-2), dimanche dernier. 


Alors qu'une enquête a été ouverte par la justice et que des élus de la République ont réagi à l'affaire, l'association de supporters, les Bad Gones, a fait valoir sa version sur les réseaux sociaux vendredi soir. Elle assume et a justifié les propos employés (une ville "où règne le Sida") et qualifiés d'"odieux" par Jean-Michel Aulas, par "le second degré du milieu supporters en France".

Les Bad Gones dénoncent aussi "un acharnement médiatique sans précédent" dont ils font l'objet depuis plusieurs jours.


En revanche, l'association du Virage Nord du Groupama Stadium a fait savoir qu'elle se désolidarisait du salut nazi d'un supporter lyonnais, aperçu dans les tribunes à Manchester City (2-1). "Celui-ci n'est pas pris à la légère, une procédure interne disciplinaire d'exclusion a été lancée".