Alors qu'il a pu profiter des absences d'Hugo Lloris et Steve Mandanda pour faire ses grands débuts en Bleu, Alphonse Areola s'est montré heureux à l'issue du match face à l'Allemagne.


"Depuis la phase retour de l’an dernier, je trouve qu’il a franchi un palier de ce point de vue-là. Son premier défi, et il n’était pas évident, était de sortir et s’imposer dans son club formateur. Le second est de devenir numéro 1 durablement en club et en sélection.

Il a les atouts mais à une condition, dans un club comme Paris, comme en sélection, il faut qu’il développe encore cette capacité à être décisif. Si Buffon accepte de l’orienter, ce que je pense qu’il va faire, Areola va faire des raccourcis"


Comme l'avait annoncé Bernard Lama lors de son dernier entretien accordé au journal L'Equipe, Alphonse Areola a enfin connu son heure de gloiret franchi un palier avec l'Equipe de France.

Jeudi soir, sur la pelouse de l'Allianz Arena, l'international tricolore a pu célébrer un événement qu'il attendait depuis deux ans maintenant : sa première sélection sous le maillot du Coq aux deux étoiles. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le portier du ​Paris Saint-Germain a pleinement répondu aux attentes de son sélectionneur et de ses coéquipiers.

Catapulté n°1 de la hiérarchie en raison des absences cumulées d'Hugo Lloris et de  StevMandanda, tous deux blessés, l'habituel gardien n°3 a été l'artisan majeur de cette première journée de Nations League face à l'Allemagne (0-0). Tout simplement car il a permis à ses coéquipiers de ne pas s'incliner contre les champions du monde 2014.

Dès le retour des vestiaires, après un premier actrelativement tranquille, le goal d25 ans a  ensuite dû s'employer à quatre reprises, de loin, de près, dans les airs ou au sol, pour maintenir les siens en vie dans cette rencontre disputée. D'ailleurs, Antoine Griezmann et ses compères n'ont pas manqué de féliciter leur sauver du soir après chacune de ses parades. De qui le rendre tout souriren zone-mixte.


"Je suis très heureux de pouvoir honorer ma première sélection comme ça. J'aurais préféré une victoire en plus. Mais je suis resté concentré tout le match, on ne perd pas, c'est bien. Ils nous ont bousculé en deuxième, j'ai été très sollicité. Je suis très heureux d'avoir profité comme ça. On a souffert contre une belle nation qui était revancharde".


Visiblement libéré de toute pression tout au long des débats, et ce malgré l'enjeu, Alphonse Areola a envoyé la meilleure des réponses possibles à ceux qui doutaient de sa capacité d'évoluer au plus haut niveau.