FARO, PORTUGAL - JULY 25:  Dimitri Payet of Olympique Marseille (R) being followed by Aissa Mandi of Real Betis Balompie (L) during the pre-season friendly match between Olympique Marseille and Real Betis at Estadio Algarve on July 25, 2018 in Faro, Portugal.  (Photo by Aitor Alcalde Colomer/Getty Images)

OM-Betis Séville : Les 5 leçons de la défaite marseillaise (2-3)

Au cours d'un match d'un niveau très moyen l'Olympique de Marseille  s'est incliné 3-2 face à une équipe du Betis Séville plutôt intéressante. En l'absence de plusieurs titulaires importants, les Marseillais n'ont pas semblé en mesure d'inquiéter leur adversaire du soir. 


Dans un système en 5-2-3, les hommes de Rudi Garcia ont eu de grandes difficultés à mettre en danger la défense espagnole. Hubocan a tout de même inscrit un but sur corner et NJie a réduit le score en fin de rencontre.


 L'OM a donc encore beaucoup de travail avant la reprise et doit attendre avec impatience le retour de ses mondialistes et l'arrivée d'une ou plusieurs recrues. Prochain rendez-vous samedi pour affronter le Sporting Portugal. 

5. Le système de jeu à parfaire

Ce soir, l'OM a évolué en 5-2-3 comme ils l'avaient fait en fin de saison dernière. Difficile aujourd'hui de savoir si Rudi Garcia veut réellement jouer comme cela cette saison ou s'il s'adapte seulement à l'effectif qu'il a actuellement à sa disposition. Toujours est-il que l'équipe phocéenne a montré quelques limites dans ce système de jeu.


Tout d'abord, les Marseillais ont été beaucoup gêné face au pressing du Betis et ont éprouvé de grandes difficultés à sortir proprement le ballon. Malgré l'envie de vouloir relancer propre, ils ont souvent balancé de longs ballons devant. 


Par ailleurs, en face offensive, les Olympiens n'ont pas attaqué en nombre et ont eu du mal à se montrer dangereux. Malheureusement, avec ce système les hommes de Rudi Garcia se sont trouvé en infériorité numérique pour attaquer. Le passage en 4-4-2 à l'heure de jeu a correspondu avec la meilleure partie de match des Olympiens.



4. Luis Gustavo manque dans l'entrejeu marseillais

La saison dernière, Marseille a été capable de réaliser de très bonnes performances dans le jeu lorsque Gustavo était dans le milieu de terrain. Si le Brésilien a su se montrer excellent en défense centrale en fin de saison, il semble manquer dans le milieu olympien.


 En effet, dans la construction il est capable d'apporter de la sérénité et il est un joueur parfait pour réguler le jeu. Capable de jouer simplement, de changer d'aile ou même de trouver des passes pour casser des lignes, Gustavo est un milieu de terrain essentiel dans une équipe pour construire le jeu. 


Une nouvelle fois ce soir, il a semblé manquer ce type de joueur dans l'entrejeu marseillais.  

3. Le pressing au cœur de la stratégie marseillaise

Face à une équipe du Betis Seville très à l'aise avec le ballon, l'OM s'est montré très intéressant dans le pressing. Les hommes de Rudi Garcia ont toujours tenté d'aller chercher les défenseurs sévillans très hauts afin des les gêner dans leurs relances.


 Une tactique qui a fortement embêté l'équipe espagnole qui a même concédé plusieurs occasions sur des récupérations hautes marseillaises, et ont même encaissé le but de Njie suite à un bon pressing de Valère Germain. Mais les olympiens se sont aussi retrouvé en difficulté sur certaines situations, lorsque le Betis avait réussi à sortir le ballon proprement. 


Mais avec la préparation les Olympiens devraient réussir à bien maîtriser ce pressing, ce qui pourrait poser de gros problèmes à de nombreuses équipes adverses. 

2. Dimitri Payet déjà en leader

S'il n'a pas réalisé un match exceptionnel, l'international français semble déjà très affûté durant cette préparation. 


Très concentré, appliqué et déterminé, le milieu offensif arrive sur cette nouvelle saison avec une grande détermination. Payet est le capitaine marseillais et montre déjà par son attitude qu'il est le leader de cette équipe marseillaise. Techniquement il dirige les attaques marseillaises et tente toujours de créer des différences.


 Il y a fort à parier que le numéro 10 olympien va réaliser une très bonne saison.  

1. Trop d'erreurs en défense

L'Olympique de Marseille s'est incliné 3-2 et a encaissé tous ses buts sur des erreurs individuelles de ses défenseurs. 


Sur l'ouverture du score du Betis, Jordan Amavi a tenté une relance vers son gardien qui a été intercepté par l'attaquant du Betis qui n'avait plus qu'à tromper Escales. Le latéral gauche est de nouveau coupable sur le second but du Betis en se faisant déborder par son vis-à-vis et en l'accrochant dans la surface provoquant un penalty indiscutable transformé par Boudebouz. 


Enfin dans le dernier quart d'heure, Abdenour s'est fait chiper le ballon à 40 mètres de son but, laissant ainsi son adversaire inscrire le 3ème but sévillan.