Coup de tonnerre sur le ​PSG. Alors que le club de la capitale française pensait s'être débarrassé de la menace du fair-play financier​, l'instance de contrôle financier des clubs (ICFC) a décidé de réexaminer le dossier.


Le 13 juin dernier, l'organisme avait décidé de ne pas infliger de sanction au PSG, à la condition que le club réunisse une somme aux alentours de 50 millions d'euros avant le 30 juin. Avec les ventes d'Odsonne Edouard (10 millions), Javier Pastore (24 millions) et Yuri Berchiche (24 millions), la direction parisienne a réussi haut la main.

Pourtant, retournement de situation ce mardi, l'UEFA annonce dans un communiqué que "le cas du Paris Saint-Germain sera réexaminé par la chambre de jugement de l'ICFC"  même si elle nuance que cette "annonce ne préjuge en rien du résultat de ce réexamen". 


L'instance dirigeante du football européen précise que c'est Yves Leterme, président de l'ICFC, qui a tenu à réouvrir le dossier alors que c'est cet organisme même qui l'avait clos en premier lieu.

Le ​PSG a répondu à cette nouvelle par un communiqué officiel, où il prend acte de la décision et renouvelle sa volonté de coopérer.


"Le Club précise qu’il vient de réaliser un nombre important de transferts ces derniers jours pour se conformer à la décision du CFBC et qu’il continuera, comme il le fait depuis le 1er septembre 2017, à fournir toutes les informations demandées par le CFCB et l’UEFA".


Alors qu'il se pensait tiré d'affaires, Nasser Al-Khelaïfi va peut-être devoir patienter à nouveau pour lancer son ​mercato.