​Qualifiée pour les quarts de finale en sortant l'Espagne aux tirs aux but (1-1, 4-3 TAB), la Russie a créé la surprise de cette ​Coupe du Monde. Ils ont su faire déjouer leur adversaire, par une défense très regroupée et une générosité dans les efforts. 


Impressionnants sur le plan physique, les Russes sont dans la continuité de ce qu'ils ont proposé lors de la phase de poules, et notamment lors des deux premiers matchs victorieux face à l'Arabie Saoudite (5-0) et l'Egypte (3-1). Deux rencontres caractérisées par les grandes distances parcourues par les joueurs de la "Sbornaya", qui ont couru en moyenne 116 km par match soit 13 de plus que la Croatie, seconde à ce classement. 


Un classement qui interroge les plus sceptiques au vu de cet écart saisissant. Pour donner plus de matière aux amoureux du complot, une photo suspecte de l'attaquant russe Artyom Dzyuba est venue enflammer les réseaux sociaux. Vous vous ferez votre propre idée...

Pour couronner le tout, le média allemand ARD ​​a récemment révélé un cas de dopage que les Russes auraient caché en 2015. Rusent Kambolov aurait en effet été contrôlé positif à la dexamethasone, une substance dotée de propriétés anti-inflammatoires. Le milieu international russe n'est actuellement pas sélectionné, officiellement forfait pour une blessure au mollet.


Quoi qu'il en soit, rien n'a été prouvé dans ce dossier et toutes les équipes organisatrices d'une Coupe du Monde ont toujours sur-performé, portées par leurs supporters et l'ambiance locale. Si les instances de la FIFA se penchent sur le dossier, nous aurons alors l'occasion d'y revenir.