​Pour son dernier match de poules dans cette ​Coupe du Monde, l'Équipe de France affrontera son dauphin danois. Avec son étonnant match nul contre l'Australie, le Danemark se retrouve dans un jeu à quitte ou double... 


Une défaite face aux Bleus pourrait les éliminer en cas de victoire de 2 buts d'écarts de l'Australie. Néanmoins, une victoire les propulserait premiers du groupe et pousserait la France à affronter les impressionnants croates. Les Bleus ont toutes les cartes en main avant ce match. 


Deux premiers matchs décevants 

Lors des premières rencontres, les Danois n'ont jamais réussi à imposer leur jeu. La victoire (1-0) contre le Pérou est un trompe-l’œil sur le niveau de cette équipe. Nous n'avons jamais senti le Danemark avoir la main mise sur le jeu avec notamment de grosses faiblesses au milieu de terrain. Ce doute s'est confirmé après le match nul contre l'Australie (1-1). 

Sans des exploits d'Eriksen ou de Sisto, ces "Danish Dynamite" semblent bien moins explosifs qu'attendu. Les milieux Delaney-Kvist ou Delaney-Schone ne pèsent que trop peu dans le jeu. Christian Eriksen est obligé de dézoner régulièrement pour orienter les ballons à la place de ses relayeurs. Cette fragilité dans l’entre-jeu est compensée par un bon équilibre défensif et une efficacité offensive. 


La tactique 

Nous pensions trouver une équipe joueuse avant le début de la compétition. Or, le Danemark n'a jamais eu la possession lors des premiers matchs que ce soit face au Pérou ou l'Australie. Elle propose un bloc et un pressing haut en début de match afin d'obtenir des occasions de but le plus rapidement possible. Après le premier quart d'heure de jeu, elle se positionne plus bas pour pouvoir jouer en contre et guette la moindre erreur adverse. 

Offensivement, Jorgensen est positionné seul en pointe pour jouer en pivot vers les très remuants Sisto et Poulsen (absent face à la France). Nous voyons ici donc une équipe du Danemark qui se base sur une rigueur défensive incarnée par le capitaine Kjaer et qui se projette rapidement vers l'avant à la récupération. Leurs contre-attaques se transforment parfois en attaques placées jamais très longues avec Christian Eriksen à la baguette. 


Pourquoi peuvent-ils être dangereux ? 

Avec un tel meneur de jeu comme Eriksen, toute équipe devient performante. Ce Danemark-France sera une belle opposition de style entre deux équipes qui n'ont pas l'habitude de faire le jeu. La charnière Varane-Kimpembe efficace dans les duels aériens l'est beaucoup moins dans la gestion des contres face à de véloces ailiers comme Braithwaite. 


Avec beaucoup d'impact en défense, les erreurs danoises se compteront sur les doigts d'une main. C'est un schéma de jeu que la France n'a pas eu à gérer depuis le début de la compétition. Les Danois jouent leur avenir sur ce match et feront tout pour éviter les Croates. Solidaire, le Danemark a également beaucoup plus d'individualités que le Pérou et l'Australie. Elles auront peut-être enfin la possibilité de s'exprimer au moment opportun. 


Comment contrer Christian Eriksen ? 

FBL-WC-2018-MATCH22-DEN-AUS

C'est le joueur à suivre bien évidemment. Comme pour tous les grands joueurs, il faudra très certainement un plan anti-Eriksen. Cela implique un marquage individuel strict pour le joueur de Tottenham. Un milieu physique comme Nzonzi devra couper toutes les transmissions impliquant le meneur de jeu danois. 

Sur un éclair de génie, il peut débloquer des situations, l'Australie peut en attester. De plus, les coup-franc cadeaux aux 25m, essayons d'éviter... 


La composition probable 

Beaucoup de changements dans le onze danois également. Age Hareide, le sélectionneur, n'a pas été satisfait de l'animation offensive de son équipe. Poulsen (suspendu) et Sisto seront remplacés par Cornelius et Braithwaite l'ancien toulousain. 


Voici donc la compo probable du Danemark pour le match de mardi face à la France en 4-2-3-1:

GARDIEN : Kasper Schmeichel

DEFENSEURS : Henrik Daslgaard - Simon Kjaer - Andreas Christensen - Jens Stryger Larsen

MILIEUX RELAYEURS : Lasse Schone - Thomas Delaney

MILIEUX OFFENSIFS : Andreas Cornelius - Christian Eriksen - Martin Braithwaite

ATTAQUANT : Nicolai Jorgensen


Pour ce dernier match décisif, les danois peuvent tout perdre comme gagner beaucoup. Les Bleus devront rester concentrés face à un adversaire difficile à évaluer mais motivé comme jamais. Le milieu de terrain devra être solide pour pouvoir prendre le dessus sur cette imposante défense danoise. La première place du groupe est au bout !